Réjean Ménard libéré après s’être introduit chez son ex

L’homme accusé de harcèlement criminel, de menaces, de présence illégale dans une maison d’habitation et d’intimidation envers son ex-conjointe a pu recouvrer sa liberté, vendredi matin.

Dans la nuit de lundi à mardi, Réjean Ménard, 44 ans, serait entré dans la résidence de la dame par une fenêtre, à Jonquière, avant de se rendre dans sa chambre. À la suite d’une chicane, des menaces auraient été proférées et l’individu aurait empêché son ex-conjointe de communiquer avec les policiers en lui enlevant son téléphone cellulaire, chose qu’elle a pu faire quand il a finalement quitté le domicile. L’homme a par la suite été localisé et arrêté à Lévis, mardi.

Selon les éléments qui avaient été dévoilés lors de sa première comparution, mardi, l’individu aurait également transmis des menaces de mort ou de lésions corporelles aux enfants de la dame.

Le dossier de Réjean Ménard sera de retour au Palais de justice de Chicoutimi le 10 septembre prochain, alors qu’il y aura divulgation de preuves supplémentaires dans le dossier.

D’ici là, le client de Me Jean-François Têtu devra notamment garder la paix et avoir une bonne conduite. Il devra également demeurer à son domicile de la rue Saint-Gérard, à Chicoutimi, entre 22 h et 7 h, sauf pour le travail et dans le cas d’une urgence médicale, et ne pourra posséder d’armes ou consommer de l’alcool.

Évidemment, il lui est interdit d’entrer en contact avec la plaignante et d’être en sa présence. Le juge de la Cour du Québec, Pierre Lortie, a d’ailleurs mis l’accent sur les réseaux sociaux où il lui est aussi proscrit de communiquer avec la plaignante.

Réjean Ménard devra aussi entreprendre des démarches d’ici les sept prochains jours afin de gérer ses émotions et sa colère.