Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le porte-parole du Service de police de Saguenay, Bruno Cormier.
Le porte-parole du Service de police de Saguenay, Bruno Cormier.

Rassemblement illégal: il se cache derrière un réfrigérateur

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Après les garde-robes et le patio, les policiers de Saguenay ont encore découvert une personne qui ne respectait pas les mesures sanitaires cachée dans un appartement. Cette fois, l’individu s’était planqué derrière un réfrigérateur.

C’est vers 19h, lundi soir, que les agents ont reçu un appel de dénonciation pour un possible rassemblement dans un appartement du boulevard du Royaume, à Jonquière. En arrivant sur place, les policiers ont aperçu une femme qui quittait l’appartement, avant de s’y engouffrer de nouveau, laissant la porte ouverte. Les policiers ont ainsi constaté la présence de trois individus à l’intérieur, qui étaient en état de consommation.

Les policiers ont discuté avec les gens, avant de faire un petit tour de l’appartement. C’est à ce moment qu’ils ont découvert un quatrième individu, qui s’était caché derrière le réfrigérateur. 

« Disons que l’homme était pas mal en boisson », a expliqué le porte-parole du Service de police de Saguenay, Bruno Cormier. 

Selon l’agent Cormier, l’homme ivre a collaboré pour sortir de sa cachette, mais avec « une certaine réticence ». 

Au total, quatre personnes ont reçu un rapport d’infraction générale pour rassemblement illégal. On parle de personnes âgées entre 22 et 25 ans. 

Couvre-feu

Finalement, quatre autres personnes ont reçu des billets d’infraction pour non-respect du couvre-feu, dans la nuit de lundi à mardi. 

Une femme qui se promenait sur la rue Racine a notamment été épinglée à 2h du matin. En vérifiant son identité, les policiers ont constaté qu’elle faisait l’objet d’un mandat d’arrestation. Elle a donc passé la nuit en cellule, en plus de recevoir une contravention de 1500 $.