Raphaël Turcotte accusé de trafic et de vol d’armes

L’Almatois Raphaël Turcotte a été officiellement accusé d’introduction par effraction, du vol de 25 armes de poing au commerce Pronature d’Alma en octobre 2018 et de trafic d’armes à feu.

Me Amélie Gilbert, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), a déposé les chefs d’accusation devant le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec, mercredi matin, au Palais de justice d’Alma.

Turcotte, qui se trouve actuellement dans un centre de détention de Trois-Rivières, est accusé d’introduction par effraction au Pronature et du vol des armes à feu, mais aussi de trafic d’armes à feu, de possession d’outils de cambriolage, d’introduction par effraction dans un salon de bronzage situé à côté du Pronature (murs mitoyens) et de complot avec Denis Perron et Steeve Béland. Turcotte est aussi accusé, dans une autre affaire, d’avoir dérobé une chargeuse sur chenilles (lift) d’une valeur de 85 000 $ à Baie-Saint-Paul.

« Nous avions arrêté M. Turcotte à la suite de l’émission d’un mandat d’arrestation à son endroit dans cette affaire. Il se trouvait en thérapie lorsqu’il a été arrêté. Nous l’avions accusé au départ de possession d’armes à feu à utilisation restreinte et de possession d’armes sans détenir les permis nécessaires », a expliqué Me Gilbert.

Le DPCP avait prévu ramener le client de Me Denis Otis au palais de justice le 20 février, après avoir mentionné que de nouvelles accusations pourraient être déposées.

« Nous avons reporté l’orientation à donner dans les dossiers et nous avons demandé à ce que l’enquête de remise en liberté de mon client puisse se faire le 6 mars. Mais le DPCP m’a remis 26 CD contenant la preuve contre M. Turcotte. Je verrai d’ici le 6 mars ce que je peux faire avec toute cette documentation », a indiqué Me Otis.

Les nouvelles accusations sont en lien avec les arrestations de trois individus en janvier dernier dans la Réserve faunique des Laurentides.

Les membres de l’Escouade régionale mixte (ERM) et du Bureau région des enquêtes (BRE) avaient mené trois perquisitions et arrêté 10 personnes au total.

Des accusations importantes ont été déposées contre Jean-François Bergeron (Jonquière), Jordan Buissereth (Montréal), Laurence Riverin-Desrosiers (Jonquière), Steeve Béland, Salematou Camara et Marie-Philippe Côté, tous trois de Saint-Ambroise.

Pour le moment, Bergeron, Buissereth et Turcotte demeurent incarcérés. Le tribunal a refusé de remettre en liberté Buissereth la semaine dernière.

Autres dossiers

Au moment d’être arrêté le 24 janvier, Raphaël Turcotte se trouvait en thérapie fermée après avoir plaidé coupable, le 9 janvier, à une série de vols de bateaux et de remorques. Il n’avait pas encore reçu sa sentence. Il devra revenir au tribunal pour y recevoir sa peine et ensuite savoir ce qu’il fera ou l’attendra dans les accusations de trafic d’armes à feu notamment.