Le procès de Richard Forgues doit reprendre le 27 février.
Le procès de Richard Forgues doit reprendre le 27 février.

Procès de Richard Forgues: la requête de la défense accueillie

L’avocat de Richard Forgues, Me Jean Petit, pourra faire témoigner un expert dans le procès de son client accusé d’agressions sexuelles sur deux enfants, dont une de 4 ans. Me Petit plaide l’improbabilité pour un adulte d’agresser sexuellement une enfant aussi jeune et demandait à ce qu’un expert puisse venir appuyer son point en cour. La Couronne s’y opposait, en raison des délais dépassés et de l’impertinence de la demande, mais le juge Paul Guimond a accueilli la requête, déclarant que les délais ne sont pas inéquitables et qu’il n’est pas un expert en la matière.

La semaine dernière, Me Jean Petit avait fait cette demande au tribunal, en prévision d’appeler à la barre un (ou une) expert, afin de démontrer qu’il est physiquement improbable qu’un adulte pénètre une fillette sans causer de lésions.

En poursuite, Me Marianne Girard affirmait que les délais étaient dépassés et qu’il était de connaissance judiciaire qu’un adulte puisse violer un enfant. Elle avait donné en exemple tous les cas de pornographie juvénile entendus devant les tribunaux.

Le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec, avait pris la question en délibéré et rendait sa décision lundi en après-midi. Il a finalement donné son aval pour qu’une telle expertise soit produite, affirmant que cela n’entraînerait pas de délais supplémentaires, puisque le procès ne doit pas reprendre avant la fin du mois de février. Le juge Guimond a tout de même donné une date butoir à Me Petit pour la confection de l’expertise, soit le 2 mars.

Le magistrat a également rejeté l’argument de la Couronne, à savoir qu’il était de connaissance judiciaire qu’un adulte puisse violer un enfant.


« Ce n’est pas parce qu’un juge entend ou voit des choses en cour que cela fait de lui un expert. Je ne suis pas expert en la matière et je ne suis pas médecin non plus. »
Le juge Paul Guimond

« Ce n’est pas parce qu’un juge entend ou voit des choses en cour que cela fait de lui un expert. Je ne suis pas expert en la matière et je ne suis pas médecin non plus », a déclaré le juge Guimond.

Contre-expertise

La Couronne a déjà annoncé qu’elle présenterait une contre-expertise.

Le procès de Richard Forgues doit reprendre le 27 février. Il fait face à huit chefs d’accusation de nature sexuelle. Les événements reprochés à l’accusé remontent aux années 80 et se seraient produits à Saint-Honoré.