Palais de justice de Chicoutimi.

Présumée fraudeuse envers des aînés en cour

Un couple de personnes âgées de Chicoutimi pourrait bien connaître sous peu le dénouement de la fraude dont il a été victime et qui leur a fait perdre plus de 60 000$.
Le Quotidien avait révélé à l'automne 2015 que Jonathan Bergeron et Sylvie Petitpas seraient accusés de fraude, de fraude à l'identité et de l'utilisation d'une arme à feu de façon négligente.
Bergeron, âgé de 32 ans, avait profité de la confiance de ses employeurs, un couple de nonagénaires, pour obtenir du crédit avec de faux documents, pour voler le portefeuille de l'homme et de s'être fait passer pour une autre personne. Bergeron avait même réussi à obtenir les numéros d'identification personnelle (NIP) des cartes de débit et de crédit.
Le stratagème, qui a duré six mois, a été élaboré par Bergeron avec la complicité de sa conjointe, Sylvie Petitpas (35 ans). La fraude leur a permis de dérober une somme d'environ 60 000$.
Les enfants du couple ont découvert le pot aux roses en s'apercevant que le compte de banque des parents ne cessait de se vider.
La fraude a été découverte dans les semaines suivantes. Même si des bijoux et la voiture du couple ont été récupérés, la perte nette s'est élevée à 50 000$.
Au cours des dernières semaines, Jonathan Bergeron a plaidé coupable aux accusations et devrait recevoir sa sentence en janvier.
Quant à Petitpas, elle a demandé la tenue d'un procès. Celui-ci doit avoir lieu vendredi (aujourd'hui) dans cette affaire. Il est possible que l'une des deux victimes de cette fraude doive se rendre au tribunal afin de témoigner.
«Ce dossier a pu progresser en raison du dossier impeccable et complet de l'enquêteur au dossier, Charles Parent, de la police de Saguenay, et au travail acharné de la procureure de la Couronne, Me Karen Inkel. Celle-ci a mis l'énergie pour faire avancer le dossier sachant que mon père se trouve en fin de vie», a expliqué la fille des victimes dans un courriel envoyé au Quotidien.