Pornographie juvénile: intercepté par Interpol

Sébastien Simard, de Saint-Gédéon, a plaidé coupable à des accusations liées à la pornographie juvénile, mercredi, au Palais de justice d’Alma. Le jeune homme de 23 ans a consulté, possédé et transmis des photos et vidéos mettant en scène des fillettes prépubères.

C’est Interpol qui a intercepté l’échange d’un fichier entre Simard et une autre personne. Le Jeannois se rendait sur un forum dédié à des contenus illégaux.

Informés de cet échange, les policiers ont procédé à l’arrestation de Simard et fouillé ses équipements informatiques. Moins d’une vingtaine de fichiers ont été retrouvés. 

Ce qui peut sembler peu, comparativement aux milliers d’images et vidéos saisies dans de pareilles situations. Mais le jeune homme en était à ses débuts de consommateurs de pornographie juvénile. 

Dans un interrogatoire mené par un enquêteur, Simard a d’ailleurs avoué en sanglots qu’il ne « pouvait s’empêcher de faire ça » et que c’était une « maladie ».

Images de fillettes

Des proches du jeune homme ont également confié aux enquêteurs qu’ils avaient déjà trouvé des images de fillettes dans son cellulaire, ce qui avait provoqué un malaise dans l’entourage. Ces images ne correspondaient toutefois pas à la définition de pornographie juvénile. 

Une peine minimale d’un an de prison est attachée à ces accusations. 

C’est pour cette raison que Simard a décidé de prendre le chemin de la prison immédiatement, même si sa sentence ne sera rendue que le 4 juillet. La confection d’un rapport sexologique et d’un rapport prépénal a été exigée par les parties.