Selon le directeur du Service de sécurité incendie de Saguenay, Carol Girard, il y a eu une hausse du nombre de fausses alarmes en 2017.

Plus de fausses alarmes en 2017

Avec 107 interventions pour des incendies survenus ayant causé trois décès au cours de l’exercice 2017, le Service de sécurité incendie de Saguenay a connu une pointe d’activités jamais vue au cours des cinq dernières années.

Selon le rapport d’activités du service, présenté mardi au conseil municipal de Saguenay par le directeur Carol Girard, le nombre d’appels acheminés au service s’est élevé à 2000 en 2017, une pointe qui s’explique par une augmentation du nombre de fausses alarmes. Toutefois, le nombre d’appels reçus concernant des incendies a poursuivi sa baisse, passant de 422 en 2013 à 398 l’an dernier.

Selon M. Girard, le phénomène s’inscrit dans le cadre d’une tendance provinciale qui peut s’expliquer par le fait que les pompiers sont davantage sollicités pour des interventions qui ne sont pas de nature policière comme des désincarcérations, sauvetage hors route, feu de véhicules, etc.

En ce qui a trait aux fausses alarmes, le travail se poursuit, selon M. Girard, auprès des entreprises fournissant ce type de services afin que les systèmes permettent un délai pour annuler leur déclenchement lorsqu’il n’y a pas réellement d’incendie.

Terrain
Sur le terrain, les pompiers de Saguenay ont dû intervenir presque deux fois plus souvent qu’en 2016 sur des foyers d’incendie avec 107 sorties, comparativement à 58 enregistrées il y a deux ans.

Les incendies déclarés dans des résidences ont représenté l’an dernier presque 60 % des sorties. Il indique qu’il n’y a pas réellement d’explications pour la hausse constatée mis à part le fait qu’il peut s’agir d’incendies mineurs ayant été comptabilisés.

Malheureusement, ces incendies ont résulté en trois décès, comparativement à deux en 2016.

Un total de 174 dossiers ont fait l’objet d’une enquête par les inspecteurs-enquêteurs. Une quarantaine d’entre eux ont été transmis à la Sécurité publique de Saguenay pour causes suspectes.

Au chapitre des pertes matérielles, le Service de sécurité incendie les évalue à 15,8 M$ en 2017, en progression de 4,6 M$ comparativement à 2016. Près de 70 % des pertes sont survenues dans les secteurs résidentiel et commercial.

Parmi les autres faits saillants, le service a poursuivi la mise en application du schéma de couverture de risques 2009-2014 avec l’ouverture de la nouvelle caserne no 4 dans l’arrondissement de Chicoutimi secteur nord et l’achat d’un nouveau camion-citerne.

M. Girard a mentionné qu’en juin dernier, le conseil municipal a adopté le nouveau schéma 2018-2022 qui deviendra effectif en août prochain. Le document révisé ne prévoit pas d’investissements majeurs au niveau des immobilisations puisque le tout a été réalisé dans le passé, selon M. Girard. Aucune embauche de personnel supplémentaire n’est prévue, mais il faut prévoir le renouvellement d’une partie de la flotte de 18 véhicules d’intervention, dont certains cumulent 18 et 20 ans de service.

La fin de l’année 2017 a été marquée par le dépôt du nouveau schéma de couverture auprès du ministère de la Sécurité publique pour l’étape de l’attestation par le ministre avant son entrée en vigueur prévue dans les prochains mois.