Pistolets airsoft au centre-ville de Jonquière: des contraventions pour deux jeunes hommes

Un simple jeu aurait pu avoir de graves conséquences pour deux jeunes hommes de Jonquière, dimanche soir. Les deux individus ont eu l’idée de jouer avec des pistolets airsoft en plein centre-ville, une situation qui aurait pu engendrer un véritable branle-bas, d’autant plus que des policiers passaient par là.

Les deux hommes, qui attendaient un ami en train de terminer un quart de travail au restaurant Burger King du boulevard Harvey, à Jonquière, ont eu l’idée de s’amuser avec des armes de airsoft (pistolets à bille). 

« Par un drôle de hasard, des policiers passaient par là. Un des jeunes était couché derrière un jersey [glissière en béton]. Les policiers ont rapidement analysé la scène, mais ça aurait pu mal tourner. Les policiers auraient pu sortir leurs armes et les pointer », affirme Luc Tardif, porte-parole du Service de police de Saguenay.

Ce dernier souligne que les pistolets airsoft peuvent être facilement confondus avec des armes à feu. « Les pistolets airsoft sont visuellement différents grâce à un capuchon orange. Par contre, comme les jeunes n’aiment pas ce capuchon, ils les peinturent souvent en noir. À ce moment-là, on ne peut plus les différencier des vrais fusils. Ça aurait pu mener à une opération policière. » 

Ils ont eu droit à un avertissement des policiers et une mise à jour des règlements municipaux.

Luc Tardif rappelle qu’il est interdit de se trouver dans un endroit public en ayant sur soi une arme ou une imitation d’arme.

Les deux jeunes hommes, dont un mineur, ont reçu des constats d’infraction. Le plus jeune s’en tire avec une contravention de 120 $. Le plus vieux devra payer 151 $. 

« Je profite de l’occasion pour faire un rappel. Ce n’est pas la première fois qu’un événement comme celui-là arrive. Il y a des terrains pour jouer avec des pistolets airsoft. On peut jouer dans des endroits faits pour ça, pas en plein centre-ville. »