Peine en société pour Girard

Le Laterrois Michaël Girard s’en sort avec une détention de 12 mois en société pour avoir participé à des vols de motoneiges et devra effectuer 100 heures de travaux communautaires pour avoir dérobé du fil de cuivre dans une installation de Produits forestiers Résolu (PFR).

Le juge Jean Hudon, de la Cour du Québec, a entériné la suggestion commune de Me Sébastien Vallée (Couronne) et de Me Luc Tourangeau, en défense.

Le 23 février 2018, Girard, 33 ans, a été arrêté en compagnie de Maxime Simard-Pilote, dans le cadre d’une opération policière visant à démanteler un réseau de voleurs de motoneiges. Lorsque Simard-Pilote est arrivé au domicile de Girard avec les machines, les policiers suivaient derrière.

Girard n’a pas dérobé les motoneiges, mais il savait très bien qu’elles avaient été volées par son complice. Il se gardait certaines pièces afin de les revendre ou de les utiliser.

Devant le tribunal, les avocats ont mentionné que le vol des motoneiges se faisait à la suite d’une tournée des stationnements d’hôtels de Saguenay et de certains restaurants, où de nombreuses « machines » étaient stationnées le temps d’une nuit ou d’un repas.

Simard-Pilote repérait les motoneiges qu’il croyait être en mesure de voler et il repartait avec elles.

Girard s’en sort avec une peine en société. Il devra respecter un couvre-feu de 21 h à 7 h durant les six premiers mois et de 23 h à 7 h pour les six derniers, ainsi qu’une probation d’une année.

Masturbation et covoiturage
Quant à son complice, l’individu de 32 ans a été envoyé en prison pour une période de neuf mois. Il a réglé le dossier de vols de motoneiges, une possession de stupéfiants et pour s’être masturbé à trois occasions lorsqu’il faisait du covoiturage dans la Réserve faunique des Laurentides, créant un malaise auprès des passagères.