Pas d’enquête préliminaire

Brian Poirier, de Canton-Tremblay, renonce à la tenue de son enquête préliminaire, une procédure judiciaire qui lui aurait permis de vérifier la preuve de la Couronne dans l’accusation de tentative de meurtre.

Me Pascal Lévesque, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) et Me Charles Cantin, en défense, ont eu une discussion sérieuse afin de faire avancer cette affaire.

Si les pourparlers aboutissent, il est possible que le dossier de l’homme de 51 ans ne se rende pas au procès.

Le 24 juillet 2018, le client de Me Charles Cantin s’est rendu au domicile de l’une de ses connaissances et a tenté de l’étrangler avec une corde de nylon.

Selon les informations divulguées à l’époque, Poirier avait surpris la dame par-derrière alors que celle-ci vaquait à ses occupations.

Après avoir lui avoir enfilé la corde autour du cou et avoir tenté de l’étouffer, Poirier a traîné la victime jusqu’au sous-sol, lui infligeant des blessures assez sérieuses.

Malgré tout, la femme est parvenue à fausser compagnie à son agresseur et s’est réfugiée chez un membre de sa famille.

Les policiers de la Sûreté du Québec ont été immédiatement avisés de la situation et n’ont eu aucune difficulté à mettre la main au collet de Poirier.

« J’ai renoncé à l’enquête préliminaire et j’ai ensuite eu une discussion sérieuse avec mon confrère de la Couronne (Me Pascal Lévesque). Il se pourrait que le dossier ne se rende pas au procès », a admis Me Cantin, sans en dévoiler davantage.