La première semaine du procès de Matthieu Parente-Soares s’est conclue vendredi matin.

Parente-Soares: la première semaine terminée

La première semaine du procès de Matthieu Parente-Soares, accusé d’homicide involontaire, d’incendie criminel et de harcèlement criminel, s’est conclue vendredi matin au Palais de justice d’Alma. La poursuite, qui est représentée par Me Nicole Ouellet et Me Julie Lajoie, devrait compléter la présentation de sa preuve, lundi, dans ce procès présidé par le juge Louis Dionne, de la Cour supérieure du Québec.

Vendredi, dans une journée qui aura duré moins de trois heures, Me Louis Belliard a complété le contre-interrogatoire de l’expert en recherche de cause d’incendie et chimiste de formation, Bernard Pelletier.

L’avocat de la défense s’est appuyé sur de nombreuses photos de la résidence incendiée. Il l’a notamment questionné quant à l’impact de produits d’entretien de piscine sur l’intensité du brasier.

Par ailleurs, M. Pelletier a expliqué le phénomène du clean burn qui se produit lorsque la chaleur intense d’un feu brûle les traces d’incendie, laissant les surfaces presque intactes. Ce fut le cas sur l’un des murs de la résidence familiale incendiée dans laquelle Guy Tremblay, 93 ans, a perdu la vie dans la nuit du 12 au 13 juin 2017.

L’expert aura également donné quelques précisions quant aux bruits d’explosions entendus par l’un des témoins. Selon lui, les bruits peuvent être associés à autre chose, par exemple à l’éclatement de pneus. Une remorque qui était positionnée en bordure du domicile, au moment de l’incendie mortel, présentait cette caractéristique.

Une quinzaine de personnes assistait à cette cinquième journée de procès devant jury. La deuxième semaine débutera avec la diffusion d’une vidéo de l’accusé, ce qui devrait coïncider avec la fin de la démonstration de la preuve de la poursuite.