Originaire de Chicoutimi: la mère de la petite Rosalie arrêtée pour meurtre

La mère de la petite Rosalie Gagnon, 2 ans, qui a été retrouvée morte, mercredi, à Charlesbourg, a été arrêtée pour meurtre.

Audrey Gagnon, 23 ans, aurait tué sa fille. Elle restera détenue jusqu’à sa comparution au palais de justice de Québec. 

L’autopsie sera pratiquée aujourd’hui sur le corps de Rosalie Gagnon.  

Selon le profil Facebook d’Audrey Gagnon, cette dernière habite à Québec, mais est originaire de Chicoutimi. Les commentaires haineux à son endroit se sont d’ailleurs multipliés rapidement sur sa page jeudi matin après l’annonce de son arrestation. 

Mercredi soir, la police de Québec a annoncé que le corps découvert à l’extérieur d’une maison de Charlesbourg était bien celui de Rosalie. 

Après avoir vérifié dans le bac à recyclage et le bac à ordures en bordure de la résidence de l’avenue de Gaulle, les policiers ont trouvé le corps inanimé de l’enfant, puis l’ont recouvert d’une bâche. Le décès de la fillette a été constaté à l’hôpital. 

La mère, Audrey Gagnon, 23 ans, avait été localisée vers 15h. Elle se trouvait dans un appartement de l’avenue Gaspard, à environ 1,5 km de la maison où le corps de sa fille a été découvert plus tard.

Mme Gagnon pourrait avoir guidé elle-même les policiers vers le corps de sa fille. Deux témoins ont indiqué au Soleil l’avoir vue accompagner les enquêteurs sur l’avenue de Gaulle, où le corps de l’enfant a été découvert. L’un d’eux affirme l’avoir aperçue en pleurs cinq minutes avant que les policiers érigent un périmètre de sécurité.

Portées disparues

La découverte du corps de Rosalie Gagnon avait mis fin à une journée intense de recherches pour retrouver l’enfant et sa mère.

En matinée, un citoyen avait contacté la SPVQ pour signaler la présence d’une poussette vide près du Parc Terrasse Bon-Air, situé juste à côté de l’école primaire du Rucher, dans Charlesbourg.

Six policiers ont ratissé le parc en compagnie d’un maître-chien pour les retrouver ou mettre la main sur d’autres objets liés à elles.

À la demande de la famille, le SPVQ avait demandé vers 14h30 l’aide la population et des médias afin de les retrouver.

Lorsqu’elle a été localisée, sans son enfant, Audrey Gagnon aurait été fortement intoxiquée. Elle a été interrogée, de même qu’un autre homme qui se trouvait avec elle.

Le SPVQ avait indiqué plus tôt qu’Audrey Gagnon avait été aperçu vers 12h30, sur l’avenue Cartier, en Haute-Ville, sans sa fille.

Selon les informations obtenues par Le Soleil, Mme Gagnon avait des problèmes de consommation de drogue. Elle se rendait dans une pharmacie de l’avenue Cartier pour aller chercher de la méthadone, un narcotique que les toxicomanes consomment durant une période de sevrage à des opiacés plus puissants.

Le parc Bon-Air est situé à environ 300 mètres de la maison où le corps de Rosalie Gagnon a été découvert, sur l’avenue de Gaulle. On ignore encore pourquoi l’enfant s’est retrouvé à cet endroit précis.

Audrey Gagnon n’est pas la propriétaire de la maison. Une voisine a indiqué au Soleil qu’elle ne l’avait jamais vue non plus dans les parages.

Avec Anne-Marie Gravel, Le Quotidien