Bernard Plourde a été arrêté en août 2018.

Opération NOCIF: les accusés envoyés à procès

Bernard Plourde, Jean-François Bergeron, Simon Frenette et Marc Gagnon, arrêtés dans l’opération NOCIF, seront traduits en justice directement devant un juge de la Cour supérieure du Québec.

Me Marie Sirois, de la Couronne, a avisé le tribunal de son intention de déposer un acte d’accusation privilégiée.

Cela signifie que les accusés sont envoyés directement à procès et qu’aucune enquête préliminaire, servant à évaluer la preuve détenue par le ministère public, ne se tiendra.

En novembre 2017, l’Escouade régionale mixte (ERM) et le Service de police de Saguenay (SPS) avaient mené des perquisitions à Larouche, Saint-Honoré, Laterrière, Shipshaw, Montréal, en Montérégie et dans Lanaudière.

Les agents avaient saisi deux kilos de cocaïne, 3000 comprimés de méthamphétamine, sept armes à feu, sept véhicules, 140 000 $ en argent et une résidence.

En août 2018, lors de l’opération NOCIF 2, les Hells Angels Bernard «Ben» Plourde et Jean-François Bergeron, de même que des présumés complices, Marc Gagnon et Simon Frenette, avaient été coffrés par les policiers à leur tour.

Plourde, de Laterrière, Bergeron, de Desbiens, Gagnon et Frenette, de Québec, se trouvent actuellement derrière les barreaux à la suite de leur arrestation dans le cadre de cette opération. Ils sont accusés de gangstérisme, de complot et de trafic de stupéfiants.

Par contre, contrairement à ce qui a été écrit la semaine dernière, Bernard Plourde n’a pas plaidé coupable aux accusations déposées contre lui et n’a donc pas écopé d’une peine de détention de six années de pénitencier.

Même si son procès n’a pas encore eu lieu, Ben Plourde a fait savoir qu’il conteste les accusations déposées contre lui et nie être impliqué dans un réseau de trafiquants de stupéfiants.

Les individus arrêtés lors de l’opération seront amenés au Palais de justice de Québec au mois de mars 2019 pour la suite des procédures.

Condamnations

Quelques autres personnes arrêtées dans NOCIF ont déjà plaidé coupable.

Gabriel Girard, considéré comme l’une des têtes dirigeantes du réseau de trafiquants pour le Saguenay, a été condamné à six années de pénitencier. Steeves Gauthier a écopé de 42 mois de détention, alors que Tommy Lessard-Vaillancourt a réglé pour 30 mois de pénitencier, pendant que Jean-Denis Fortin-Desgagné a été condamné à 18 mois de prison.