Me Jean-Marc Fradette

Opération Nocif: 12 mois pour un «runner»

Steeve Pelletier passera 12 mois derrière les barreaux à compter du 1er octobre pour son implication dans un réseau de trafiquants de stupéfiants, dont les membres ont été arrêtés dans le cadre de l’opération Nocif.

L’individu a enregistré des plaidoyers de culpabilité, vendredi matin, à des accusations de trafic de métamphétamines et de cocaïne.

Me Daniel Bélanger, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), a expliqué au juge Jean Hudon, de la Cour du Québec, que Pelletier recevait des boîtes de stupéfiants de la part d’un important trafiquant, Jimmy Côté (condamné à six ans et six mois de pénitencier) et qu’il voyait à les remettre à diverses personnes dans la région qui s’assuraient de livrer la marchandise.

« L’accusé a mentionné aux policiers qu’il avait agi ainsi à une dizaine de reprises et qu’il touchait 100 $ chaque fois. Notre preuve démontre qu’il a reçu des colis à trois occasions », a mentionné Me Bélanger.

L’Hébertvillois âgé de 32 ans n’a pas joué un grand rôle dans cette affaire, mais il savait très bien ce qu’il devait transporter d’un point à un autre. Il agissait à titre de «runner».

« Mon client a fait de l’aveuglement volontaire. Il se doutait bien de ce qui se trouvait dans les paquets, surtout qu’il connaissait bien le rythme de vie de Côté. À une occasion, il a ouvert une boîte pour voir ce qui s’y trouvait », a repris Me Jean-Marc Fradette.

Concernant les autres dossiers de Nocif, dont celui de la présumée tête dirigeante régionale, Gabriel Girard, ils ont été remis au 9 juillet. Il y a de fortes probabilités que plusieurs se règlent devant le juge Paul Guimond.

Perquisition

Le 29 novembre 2017, des policiers ont mené des perquisitions au Saguenay-Lac-Saint-Jean, à Montréal, Lanaudière et en Montérégie.

Les agents avaient saisi près de deux kilogrammes de cocaïne, 3000 comprimés de drogue de synthèse (métamphétamines), sept armes à feu, sept véhicules et plus de 140 000 $ en argent comptant. Une résidence de Saint-Gabriel-de-Brandon fait l’objet d’un blocage.

Les policiers avaient arrêté 22 personnes sur les 24 identifiées dans le cadre de cette enquête policière. Parmi celles-ci 12 avaient comparu au Palais de justice de Chicoutimi, alors que les autres l’avaient fait dans leur région respective.