Le jour de la rafle policière, mercredi dernier, une dizaine de véhicules de la Sûreté du Québec ont été utilisés pour amener les individus arrêtés au palais de justice pour comparaître.

Onze trafiquants en liberté

Après six journées passées derrière les barreaux, huit accusés de l’opération NOCIF ont pu recouvrer leur liberté, lundi, rejoignant ainsi trois autres individus libérés dans les heures qui ont suivi les arrestations.

Des 22 personnages arrêtés mercredi dernier lors de perquisitions menées à Laterrière, Saint-Honoré, Shipshaw, Hébertville, Saint-Bruno, Larouche, de même qu’à Mirabel, en Montérégie et à Montréal, huit demeurent détenus, alors que d’autres sont toujours recherchés.

Lundi matin, huit accusés, six à Chicoutimi et deux à Québec, ont accepté des conditions de remise en liberté imposées par Me Marie Sirois et Me Jean-Simon Larouche, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Ainsi, Tommy Lessard-Vaillancourt, d’Hébertville, a effectué le plus important dépôt pour sortir de prison, soit 10 000 $. Il s’est aussi engagé, sans dépôt, pour 25 000 $, alors qu’une tierce personne s’est portée garante pour un montant de 5000 $ (sans dépôt).

Lessard-Vaillancourt, dont les intérêts sont représentés par Me Jean-Marc Fradette, figurerait comme l’une des principales têtes dirigeantes du réseau de trafiquants dont les activités ont été interrompues par la frappe policière de la Sûreté du Québec.

L’opération a permis de mettre un terme, pour le moment, au passage de stupéfiants entre Québec et le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

De plus, Alain Gagnon, âgé de 60 ans, du chemin Saint-Paul à Chicoutimi, est aussi sorti de détention après avoir déposé 7000 $ au tribunal pour assurer sa présence dans le cadre des procédures et pour garantir qu’il gardera la paix et aura une bonne conduite.

Jean-Denis Desgagné-Fortin, défendu par Me Sylvain Morissette, a sorti 5000 $ de son compte bancaire pour pouvoir recouvrer sa liberté. 

Yohann Senneville (40 ans, de Saint-Honoré), un client de Me Charles Cantin, a effectué un dépôt de 3000 $, alors que deux personnes se sont engagées pour 5000 $ (sans dépôt). Francis Côté (2000 $ avec dépôt et 5000 $ sans dépôt), Stéphane Sinnett (1000 $ avec dépôt).

Du côté des détenus de Québec, Gilles Leclair-Proulx et Marie-France Desrochers ont pu sortir de prison.

Des enquêtes de remise en liberté devraient se tenir pour Gabriel Girard, l’individu considéré comme la tête dirigeante du réseau, de même que pour Marc-André Dallaire, Maxime Martel et Steeve Gauthier. À Québec, la même procédure devrait se faire pour celui qui est considéré comme le numéro un, Pierre Beauchesne. Il y aura des enquêtes de remise en liberté pour Martin Desrochers, Bruno Lupien et Jimmy Côté, un individu de Larouche au Lac-Saint-Jean.

Il faut savoir que, quelques heures après les arrestations, Réal Simard (71 ans), Steeve Pelletier (32 ans) et Sébastien Patoine (42 ans) avaient pu retourner à la maison en devant respecter de nombreuses conditions.

Selon un premier bilan de l’opération NOCIF, les policiers ont saisi près de deux kilogrammes de cocaïne, 3000 comprimés de drogue de synthèse (métamphétamines), sept armes à feu, sept véhicules et plus de 140 000 $ en argent comptant. Une résidence de Saint-Gabriel-de-Brandon fait l’objet d’un blocage.