Neuf mois pour un récidiviste

Un automobiliste ivre ayant blessé une femme enceinte lors d'une collision avec trois véhicules, le 14 novembre 2010, est condamné à neuf mois d'incarcération.
Nicolas Bouchard, un employé de Postes Canada affichait à 16h35 des taux d'alcoolémie de 236 et de 244 milligrammes d'alcool par cent millilitres de sang, soit quatre fois le limite tolérée par le Code criminel. Il s'agit de sa deuxième condamnation depuis 2004.
La femme enceinte, au moment des événements, avait subi une entorse cervicale et des douleurs lombaires en plus de vivre une profonde inquiétude quant à la santé du foetus.  Une échographie a convaincu son médecin que l'enfant à naître n'aurait aucune séquelle de l'impact.
La sentence acceptée par le tribunal est une suggestion des avocats de la défense Dominic Bouchard et du Directeur des poursuites criminelles et pénales,  Me Sabrina Tremblay.
Bouchard est frappé d'une interdiction de conduire d'une durée de deux ans.
 
Délais
Plus de trois années ont été nécessaires pour convaincre Nicolas Bouchard de plaider coupable à l'infraction de conduite avec les facultés affaiblies causant des lésions.  L'automobiliste a longtemps espéré qu'une décision de la Cour suprême  allait remettre en question la validité de l'appareil accrédité de mesure du taux d'alcoolémie.  Il a fait partie des dizaines de milliers d'accusés qui ont attendu la conclusion de toutes les procédures dans un groupe de cas types choisis par les avocats pour appuyer leur point de droit.
Nicolas Bouchard est maintenant âgé de 35 ans.  Son rapport présentenciel est positif: il éprouve des regrets, travaille, est bien entouré et n'a pas de problème d'alcool ou de drogue.  À l'époque du délit, il vivait une séparation difficile qu'il compensait par l'absorption massive d'alcool.
L'après-midi des événements, il circulait à trop grande vitesse sur le boulevard Saint-Paul, à Chicoutimi.  Il a embouti trois véhicules immobilisés au feu de circulation de la rue Jacques-Cartier. Le véhicule de la femme enceinte se trouvait entre les deux autres.
L'avocat de la défense a indiqué au tribunal que Nicolas Bouchard perdrait probablement son emploi en raison de la durée de la peine.
Depuis 2007, les peines de prison dans la société ne s'appliquent plus aux auteurs de crimes violents contre la personne, dont la conduite avec facultés affaiblies causant des lésions.