Les abribus d’Arvida sont la cible de vandales, depuis quelques mois. Depuis mercredi, neuf abribus ont été vandalisés le long du boulevard René-Lévesque, une problématique que dénonce le président de la Société de transport de Saguenay (STS) et conseiller municipal, Marc Pettersen.

Neuf abribus de la STS vandalisés en deux jours

« Déplorable » : c’est le mot employé par le conseiller municipal Carl Dufour, vendredi soir, sur sa page Facebook, pour dénoncer les actes de vandalisme sur les abribus du secteur Arvida, où les baies vitrées de neuf abribus ont été cassées en deux jours. À Chicoutimi et Jonquière, trois abribus en tout ont également été vandalisés. Son collègue au conseil municipal et président de la Société de transport de Saguenay (STS), Marc Pettersen, semble lui aussi découragé par la situation.

En entretien téléphonique, vendredi, M. Pettersen signale que la problématique est récurrente. « Je pense qu’il y a un réel problème de vandalisme à Arvida. C’est un manque de civisme. On a mis 22 000 $ à l’automne pour réparer les abribus, à Arvida seulement. Ce sont les citoyens qui payent, les gens qui font du vandalisme n’ont pas l’air de se rendre compte de ça. »

M. Pettersen mentionne que la récurrence du problème laisse les conseillers municipaux à court de solutions. « On ne sait plus quoi faire, déplore-t-il. On n’a pas le choix de mettre des vitres, mais on n’est pas pour investir des 22 000 $ tous les mois, on ne peut pas remplacer les abribus toutes les semaines. On va faire quoi, mettre des vitres pare-balles à 5000 $ la vitre ? » Il ajoute que le remplacement des vitres devra attendre au printemps, moment où la Ville de Saguenay se penchera sur une solution. « Au printemps, on va vérifier ce qu’on peut faire », déclare Marc Pettersen.

Le conseiller croit toutefois qu’une partie de la solution au problème repose sur l’éducation et la sensibilisation.

« Par exemple, si ce sont des jeunes d’âge mineur qui sont responsables de ça, j’aimerais que ce soit leurs parents qui payent, évoque M. Pettersen. Il faut responsabiliser ces gens-là et leur faire réaliser que c’est un bien collectif. Ce sont les citoyens qui payent, et c’est dommage pour eux, qui n’auront plus d’abribus quand il fera froid dans les prochaines semaines. »

Marc Pettersen sollicite l’aide des citoyens pour retracer les coupables.

Toute personne détenant des informations peut communiquer avec le Service de police de Saguenay, qui a été mis au courant du dossier.