La ministre Andrée Laforest était de passage, dimanche, à Saint-Henri-de-Taillon, pour remercier les policiers qui participent à la vaste opération de recherches lancée il y a 13 jours.
La ministre Andrée Laforest était de passage, dimanche, à Saint-Henri-de-Taillon, pour remercier les policiers qui participent à la vaste opération de recherches lancée il y a 13 jours.

Motoneigistes disparus: Andrée Laforest veut que la SQ poursuive les recherches

Les hautes instances gouvernementales et policières évalueront lundi si les recherches pour retrouver les deux motoneigistes français dans la rivière Grande Décharge doivent s’arrêter ou continuer. Mais la ministre de la Sécurité publique par intérim, Andrée Laforest, ne veut pas baisser les bras et souhaite que la vaste opération lancée il y a près de deux semaines se poursuive.

« Le point sera fait demain avec le cabinet. Il y aura une rencontre à savoir si on continue. Moi, je crois qu’on doit continuer. On doit continuer parce qu’il y a des questions qui ne sont pas répondues », exprime la députée de Chicoutimi, qui n’a cependant pas voulu donner de détails sur ces questions en suspens.

Andrée Laforest était de passage, dimanche, à Saint-Henri-de-Taillon, pour remercier une fois de plus les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) qui participent aux recherches. Quatre motoneigistes ont été repêchés des eaux jusqu’à maintenant, mais deux personnes manquent toujours à l’appel. Aucune percée majeure n’a été réalisée durant la dernière semaine, alors que les conditions météorologiques difficiles ont forcé les plongeurs à prendre une pause.

« Pour une question de sécurité, les plongeurs n’ont pas pu aller à l’eau, dimanche. Les recherches se sont néanmoins continuées avec le service héliporté, les patrouilleurs en embarcation nautique et en motoneige », précise Hugues Beaulieu, porte-parole de la SQ.

Si les recherches s’arrêtent, ce ne sera pas pour une question de coût, affirme Mme Laforest, qui précise que les sommes dépensées jusqu’à maintenant dans cette opération, à laquelle participent quotidiennement des dizaines de policiers et d’experts, n’ont pas encore été estimées.

« Les coûts, on ne les a pas évalués parce que les recherches ne sont pas terminées et il y a toujours de l’espoir. On n’est pas rendus à cette étape-là et je ne pense pas que c’est le moment non plus, insiste Mme Laforest. On est un exemple en sauvetage et recherches. Au nom du gouvernement, je remercie le travail des policiers et des forces armées. »

lac Magog

Moins de 24 heures après la tragédie évitée au lac Magog, la ministre de la Sécurité publique par intérim, Andrée Laforest, invite une fois de plus les motoneigistes de la province à demeurer dans les sentiers balisés. Six motoneigistes ont été secourus à temps, samedi soir, après avoir plongé dans les eaux glaciales du plan d’eau.


« Les coûts, on ne les a pas évalués parce que les recherches ne sont pas terminées et il y a toujours de l’espoir. On n’est pas rendus à cette étape-là et je ne pense pas que c’est le moment non plus. »
Andrée Laforest

« Restez dans les sentiers balisés. Des fois, on veut sauver une heure et on perd une vie. Le message est clair. Tant mieux, il n’y a pas eu de décès. Mais la prudence est de mise. On a un hiver très doux. On le voit, notamment avec L’Anse-Saint-Jean, où il n’y a pas de pêche cette année. C’est très rare dans ce secteur là que ça arrive », a exprimé la ministre.