Le policier Maxime Gobeil conduisait une voiture semi-balisée le 18 juillet 2015 quand il a percuté une autre voiture à haute vitesse alors qu'il répondait à un appel d'urgence.

Mort de trois personnes âgées à Dolbeau : le policier comparaît

Le policier de la Sûreté du Québec accusé de conduite dangereuse ayant causé la mort de trois personnes âgées à Dolbeau-Mistassini a brièvement comparu, mercredi matin, au Palais de justice de Roberval.
Maxime Gobeil était cependant absent et c'est son avocate Catherine Blanchet, en remplacement de Nadine Touma, qui a plaidé non-coupable.
Les parties reviendront devant le juge le 11 novembre, pour décider de la suite des procédures. Le dossier a été confié à un procureur de Québec, Francis Godin, qui a remis toute la preuve à la défense le 30 septembre.
Depuis que les accusations ont été portées contre lui, le mois dernier, le policier est relevé de ses fonctions avec solde, conformément à la politique en vigueur au sein de la SQ.
Maxime Gobeil conduisait une voiture semi-balisée le 18 juillet 2015 quand il a percuté une autre voiture à haute vitesse alors qu'il répondait à un appel d'urgence. Cécile Lalancette, 89 ans, Georges Martel, 80 ans, et Louiselle Laroche, 71 ans, prenaient place dans une auto Kia. Après le passage de deux auto-patrouilles, le conducteur s'est engagé sur le boulevard Dequen. C'est à ce moment que la voiture semi-banalisée les a happés de plein fouet alors qu'elle roulait à très grande vitesse. Les trois personnes sont mortes sur le coup.
À la suite de cet accident, la Sûreté du Québec a décidé de ne plus répondre à des appels d'urgence s'ils roulent à bord d'un véhicule semi-banalisé. Ils pourront le faire dans des cas exceptionnels, dont les moments où ils sont les seuls à pouvoir le faire ou si la vie d'une personne est en danger.
// Plus de détails demain, dans Le Quotidien.