Le 1er novembre 2016, le jeune homme avait été happé alors qu’il marchait sur l’accotement et il avait fallu quelques jours avant de comprendre les circonstances de l’accident.

Mort de Simon Paquette: trois recommandations du coroner

Plus d’un an après la mort de Simon Paquette, le 1er novembre 2016, sur la route 169 à Saint-Prime, le coroner Carol Gagné a remis son rapport et y va de trois recommandations, dont celle d’améliorer l’éclairage dans le secteur où le drame s’est produit.

Le jeune homme avait été happé alors qu’il marchait sur l’accotement et il avait fallu quelques jours avant de comprendre les circonstances de l’accident. Selon les analyses, les autorités avaient conclu à un impact impliquant une déneigeuse du MTQ, mais le conducteur n’avait pas eu connaissance de l’accident.

Dans un rapport de cinq pages, le coroner rappelle les circonstances qui ont mené au décès du jeune homme de 17 ans. En plus de suggérer à la municipalité de Saint-Prime d’ajouter des lampadaires près du village, il recommande au ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des Transports « de considérer la possibilité d’élargir l’accotement actuel », écrit le Dr Carol Gagné, en plus d’ajouter « et conjointement avec la municipalité de Saint-Prime de voir à améliorer l’éclairage qui est déficient dans ce secteur en y ajoutant des lampadaires d’une part et d’envisager s’il est impossible d’élargir l’accotement et de prolonger sur plusieurs mètres les trottoirs afin d’améliorer la sécurité des piétons qui y circulent ». 

Finalement, le coroner recommande à la SAAQ « de continuer à sensibiliser la population sur l’importance de porter des vêtements avec des bandes réfléchissantes lorsqu’ils circulent à pied le soir. Il est plausible de croire que si M. Simon Paquette avait porté des vêtements avec des bandes réfléchissantes, cet accident aurait possiblement pu être évité ».

Le soir du 1er novembre 2016, le jeune homme portait des vêtements foncés.

Happé par une déneigeuse 

Selon toutes vraisemblances, Simon Paquette aurait été happé par le chasse-neige d’une déneigeuse du ministère des Transports du Québec (MTQ), au niveau de la tête. Il a succombé à un traumatisme craniocérébral majeur, avec fracture ouverte du crâne et lacérations au cerveau. L’autopsie a permis de déterminer que la victime avait également subi un traumatisme cervical.

Une expertise portée sur le camion lourd du MTQ n’a pas permis de trouver des indices permettant de le relier à l’accident, mais les bandes vidéo des commerces à proximité ont capté le véhicule.

Le reconstitutionniste de la Sûreté du Québec a écrit dans son rapport que « la collision était inévitable, compte tenu de plusieurs facteurs ».

Selon le rapport du coroner, le chasse-neige de la déneigeuse empiétait de 62 centimètres sur l’accotement. C’est à cet endroit que Simon Paquette se trouvait.