Michaël Dallaire sera de retour en cour le 10 septembre prochain.
Michaël Dallaire sera de retour en cour le 10 septembre prochain.

Michaël Dallaire condamné à sept ans de prison

La juge de la Cour du Québec, Sonia Rouleau, a condamné le Jonquiérois Michaël Dallaire à sept ans de pénitencier, jeudi, pour possession de stupéfiants (cocaïne, GHB, cannabis, métamphétamine et morphine), entrave au travail des policiers, bris de probation, possession d’armes prohibées et à autorisation restreinte et possession de munitions. Le passé et les antécédents judiciaires de l’individu, qui se défendait seul et qui avait demandé une peine de neuf mois de prison, ont pesé lourd dans la balance.

Les événements qui ont mené la juge Sonia Rouleau à condamner l’individu à la feuille de route bien garnie remontent au mois de décembre 2018. À ce moment, il avait été intercepté par les policiers pour une conduite erratique. L’homme avait alors affirmé être armé et il avait été neutralisé par les agents. Les policiers avaient découvert des armes prohibées dans son véhicule, de l’argent comptant et des stupéfiants. Après avoir plaidé coupable dans l’ensemble de ses dossiers, l’automne dernier, Michaël Dallaire a fait des pieds et des mains pour retirer ses plaidoyers de culpabilité, ce qui s’est finalement avéré impossible. Il a été déclaré coupable au début du mois de mars dernier.

Michaël Dallaire se représentait seul et il avait demandé à la juge Sonia Rouleau de le condamner à neuf mois de prison, ce qui équivalait à du temps fait (ce qu’il a déjà purgé de façon préventive). En poursuite, le procureur de la Couronne, Me Michaël Bourget, avait plaidé pour une lourde peine de sept ans de pénitencier.

La juge Rouleau a opté pour cette suggestion, étant donné qu’il s’agissait de sa 5e condamnation en termes de possession illégale d’armes à feu et sa 11e condamnation liée à la possession de stupéfiants.

Michaël Dallaire a promis de porter la cause en appel, de poursuivre Me Bourget au Barreau et de porter plainte au Conseil de la magistrature.

L’individu devra revenir en cour le 10 septembre prochain, puisqu’il a d’autres dossiers en Cour supérieure, concernant un événement survenu en octobre dernier. Il avait alors été arrêté en liberté illégale dans un motel de Jonquière. Il était encore une fois armé. Il a demandé à être jugé devant jury dans cette affaire.