Les funérailles de Cheryl Bau-Tremblay avaient été célébrées à Saint-Félicien.

Meurtre de Cheryl Bau-Tremblay: la défense veut faire réduire l'accusation

Le meurtre de la Félicinoise Cheryl Bau-Tremblay n'était pas prémédité, selon l'avocat du suspect et conjoint de l'époque de la victime, Alexandre Gendron. Me Guy Quirion, procureur de la défense, estime que l'accusation de meurtre au premier degré qui pèse contre son client n'est pas justifiée. C'est du moins ce qu'il entend plaider lors de l'enquête préliminaire qui se déroulera dans les semaines du 15 et du 29 mai, au Palais de justice de Saint-Hyacinthe.
Cheryl Bau-Tremblay, assassinée en 2015.
À ce moment, la famille de la victime en saura davantage sur les causes entourant la mort de la jeune femme. Presque deux ans après le meurtre, ils sont toujours plongés dans le néant. 
Jointe par Le Quotidien, la mère de la jeune femme, Nicole Bau, a affirmé ne pas avoir été mise au courant des circonstances entourant la mort de sa fille. « On ne sait rien. Nous n'avons pas été en mesure d'obtenir le rapport d'autopsie pour ne pas nuire à l'enquête. Il faut attendre. Nous devons être patients et résilients. »
Originaire de Saint-Félicien, Cheryl Bau-Tremblay a été retrouvée morte le 6 août 2015, dans sa résidence de la rue Alexander, à Longueuil. Sa mère avait signalé sa disparition à la police quelques jours auparavant. La jeune femme était enceinte de cinq mois. 
Alexandre Gendron, son conjoint de l'époque, fait face à une accusation de meurtre au premier degré. Il est actuellement détenu à la prison de Bordeaux. 
« À l'enquête préliminaire, je tenterai de faire réduire l'accusation qui pèse contre lui à meurtre au second degré. Il y aura un débat sur les causes précises de la mort. Je ferai valoir qu'il n'y a aucun élément de preuve de préméditation. Selon moi, il s'agit même d'un cas d'homicide involontaire, mais je suis conscient qu'à ce stade-ci, le juge le citera à procès pour meurtre au premier ou au second degré », a déclaré le criminaliste.
Les membres de la famille de la victime de Cheryl Bau-Tremblay seront dans la salle d'audience lors de l'enquête préliminaire de l'accusé. 
Pour Nicole Bau, il s'agira d'une nouvelle étape dans le processus de deuil qu'elle traverse depuis plus d'un an et demi. « Nous y assisterons assurément par besoin et par respect pour Cheryl. C'est un passage obligé qui nous permettra de tourner une autre page. On avance dans le processus, mais pour nous, il n'y a pas de fil d'arrivée », a affirmé Mme Bau. 
Arrêt Jordan
Me Guy Quirion croit que le procès de son client pourrait se dérouler quelque part en 2018. Bien que plusieurs mois se seront écoulés depuis le décès de Cheryl Bau-Tremblay, ce dernier est d'avis que l'arrêt Jordan n'aura pas d'impact sur le procès d'Alexandre Gendron. 
Depuis juillet 2016, les accusés doivent être jugés dans un délai de 18 mois pour la Cour du Québec et de 30 mois pour la Cour supérieure, et ce, de la mise en accusation au jugement. La Cour suprême, qui a tranché en ce sens, considère que les délais dépassant ces durées sont présumés déraisonnables et violent les droits des accusés.
« Il n'y a aucun risque de délai déraisonnable dans ce cas-ci. Les délais que l'on a connus dans ce dossier sont imputables à mon client en raison du fait qu'il a changé d'avocat. Alors ils ne comptent pas », a commenté Me Quirion.
Chronologie
• 1er août 2015 : la Félicinoise Cheryl Bau-Tremblay a été portée disparue par sa mère, Nicole Bau. 
• 3 août 2015 : la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent a signalé la disparition de la jeune femme au public. 
• 6 août 2015 : les policiers ont fait la découverte du corps de Cheryl Bau-Tremblay, dans sa résidence de Beloeil.
• 7 août 2015 : Alexandre Gendron a été formellement accusé du meurtre au premier degré de sa conjointe.
• 14 août 2015 : les funérailles de Cheryl Bau-Tremblay sont célébrées à Saint-Félicien.