Le corps de la victime a été découvert sous les décombres. Le suspect dans cette affaire repose dans un hôpital de Québec pour soigner les brûlures qu’il a subies.

Meurtre à Lac-Bouchette: le suspect soigne ses brûlures

Le principal suspect dans l’affaire du meurtre de Lac-Bouchette pourrait comparaître mercredi au Palais de justice de Roberval. Les accusations ne sont pas encore connues, mais les policiers de la Sûreté du Québec enquêtent sur un homicide. En attendant, l’individu a été transporté dans un hôpital de Québec pour soigner ses brûlures.

L’homme de 37 ans n’avait pas encore été rencontré, du moins lundi après-midi, par les enquêteurs du bureau des crimes contre la personne de la SQ, étant donné, selon les informations obtenues par Le Quotidien, qu’il se trouve sous l’effet des médicaments.

Les médecins auraient mentionné que le suspect n’est actuellement pas apte à comparaître pour des raisons de santé physique. Son état mental ne serait pas en cause.

Il n’a pas été possible d’obtenir de nombreux détails en lien avec cette sordide histoire. Il semblerait qu’elle implique un père et son fils.

L’individu de 37 ans aurait utilisé une arme à feu contre son paternel. Ces détails ne sont toujours pas confirmés par les policiers de la SQ.

L’homme de 37 ans, dont les intérêts sont défendus par Me Julien Boulianne, aurait lui-même appelé les secours, dimanche matin, parce qu’un incendie s’était déclaré dans son chalet du chemin du Barrage, à Lac-Bouchette, au Lac-Saint-Jean. Il aurait subi des brûlures, ce qui a obligé les intervenants en santé à le transférer à Québec.

Le présumé suspect n’est pas un individu connu des milieux judiciaires. Il n’aurait pas d’antécédents judiciaires.

Onde de choc

Le drame a créé une onde de choc dans la petite municipalité d’un peu plus de 1100 habitants.

La mairesse, Ghislaine M. Hudon, ne connaissait pas les personnes impliquées qui habitaient un secteur de villégiature de Lac-Bouchette. Elle confirme toutefois que des membres de la famille résident au village.

« Tout le monde en parle. Au fil du temps, on a appris de qui il s’agit et les liens qui unissent les gens à des personnes que l’on connaît. C’est très triste à l’approche des Fêtes, même s’il n’y a jamais de bonne période pour ça. Personne n’est à l’abri de problèmes de consommation ou de maladie mentale. On ne connaît pas la vie de nos voisins », affirme la mairesse.

Le drame s’est déroulé dans un chalet situé dans un secteur de villégiature. La municipalité a fait l’entretien du chemin privé pour s’y rendre, dimanche, afin de faciliter le travail des pompiers et policiers qui ont dû l’emprunter.

La mairesse confirme que l’inquiétude n’a pas eu le temps de s’installer au village puisqu’un suspect a été arrêté rapidement par la SQ. Avec Anne-Marie Gravel