Meurtre à Chicoutimi-Nord: Villeneuve reste derrière les barreaux

Le présumé meurtrier de Chicoutimi-Nord, Karl-Emmanuel Villeneuve, demeurera incarcéré durant toute la durée des procédures judiciaires. Le juge Raymond W. Pronovost, de la Cour supérieure du Québec, a rejeté la requête de l’accusé qui voulait recouvrer sa liberté.

Me Jean-Marc Fradette, qui représente les intérêts du jeune homme de 20 ans, songe à aller en appel de la décision ou encore à demander la tenue d’un procès devant juge et jury dans les plus brefs délais.

La décision du juge Pronovost a été rendue jeudi matin. Dans une longue décision de 19 pages, le magistrat explique les raisons de sa décision, mais les médias ne peuvent en rapporter les détails en raison d’une ordonnance de non-publication sur les faits liés à cette affaire.

«Il est possible que je fasse appel. J’ai 30 jours pour déposer la requête devant la Cour d’appel du Québec. Si j’abandonne l’idée de l’appel, je demanderai alors la tenue d’un procès le plus rapidement possible», a expliqué Me Fradette, lors d’un entretien avec Le Quotidien.

Villeneuve est accusé du meurtre au premier degré d’Alexandre Larouche. L’événement se serait produit vers le 29 juillet 2018 à la résidence de la victime sur la rue Johanna, à Chicoutimi-Nord.

L’accusé est détenu depuis le 9 août. Il avait alors été accusé de possession d’armes à feu, accusations ensuite rejetées, car il s’agit de fausses armes. Une évaluation psychiatrique sur son aptitude à comparaître avait été demandée et les médecins avaient déterminé qu’il ne l’était pas à ce moment.

Mais dans les semaines qui ont suivi, Villeneuve est devenu apte à comparaître et a été accusé du meurtre au premier degré.

En décembre 2018, le juge Richard P. Daoust, de la Cour du Québec, a cité l’accusé à procès après avoir entendu la preuve lors de l’enquête préliminaire, tenue sous ordonnance de non-publication.

Étant donné que son client est derrière les barreaux depuis le 9 août 2018, Me Fradette pourrait donc demander que le procès se déroule à court terme devant un juge de la Cour supérieure du Québec et un jury de 12 personnes.

Le meurtre

Selon les informations obtenues et dévoilées entre le 29 juillet et le moment où Villeneuve a été officiellement accusé de meurtre au premier degré (détention à perpétuité sans possibilité de libération avant 25 ans) en septembre, il semblerait que l’accusé aurait tiré à deux reprises, à bout portant, sur sa victime.

Des informations ont laissé voir qu’il pouvait s’agir d’une dette de drogue ou encore d’un message à passer à ceux qui ne paient pas leur dette. 

Plus de détails à venir.