Me Julien Boulianne est intervenu auprès de son client pour que celui-ci se rende de lui-même aux policiers.

Menacée et volée après un service rendu

Le Jonquiérois James Hudon aurait abusé de la bonté d’une bonne samaritaine en la menaçant avec un couteau afin de prendre possession de sa bourse et de son contenu. Même s’il n’a rien dérobé, il a été accusé de vol qualifié.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, Hudon se trouvait au bar Saint-Hubert quand il a demandé si quelqu’un pouvait le raccompagner chez lui. Une dame lui a offert le transport.

L’individu de 22 ans a indiqué qu’il voudrait être conduit dans le secteur de la quincaillerie Canac, près de la rue Sorel et du boulevard du Royaume, à Jonquière. 

Rendu dans le secteur, le client de Me Julien Boulianne a sorti un couteau et a menacé la conductrice. Il a demandé de l’argent et la bourse de la dame, avant de prendre la fuite.

Rapidement, la bonne samaritaine a communiqué avec les policiers pour leur faire part de la situation. Ils ont été en mesure de retracer la bourse de la dame. Celle-ci était toujours fermée et rien n’avait disparu, même si son cellulaire se trouvait à l’intérieur, de même qu’une enveloppe contenant une cinquantaine de dollars.

Les patrouilleurs ont pu identifier l’individu, qui est connu des milieux policiers, et se sont rendus à son domicile.

Le jeune homme a refusé de se rendre aux agents. Étant donné que le suspect avait utilisé un couteau, les policiers devaient être prudents en raison de la dangerosité de la situation.

Pendant les discussions pour le faire sortir, les patrouilleurs ont appris que Me Boulianne représentait les intérêts de l’individu et lui ont demandé d’essayer de lui parler et de le raisonner.

« J’ai effectivement communiqué avec mon client au téléphone. Je suis parvenu à le calmer et à le faire sortir. Je ne voulais surtout pas que les choses dégénèrent, car si les policiers avaient eu à entrer dans la maison, on ne sait pas comment ça aurait pu se conclure étant donné que mon client avait un couteau. Je suis bien content de la façon dont les choses se sont terminées », a indiqué Me Boulianne, au cours d’un entretien avec Le Quotidien.

Hudon a comparu jeudi après-midi devant le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec. Me Pascal Lévesque, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), s’est opposé à la remise en liberté de l’individu. L’enquête caution se déroulera le mardi 16 octobre. Hudon doit aussi faire face à une accusation de bris de condition pour ne pas avoir fait ses travaux communautaires.