Marc-Étienne Côté était recherché relativement au meurtre d'Israël Gauthier-Nepton, qui a eu lieu en novembre, sur la rue du Vieux-Pont à Jonquière.

Marc-Étienne Côté arrêté

L'un des 10 criminels les plus recherchés du Québec, le Jonquiérois Marc-Étienne Côté, a été arrêté vers 1 h 30, dans la nuit de samedi à dimanche, à Montréal. L'individu, qui est le principal suspect dans le meurtre d'Israël Gauthier-Nepton, était recherché depuis près de neuf mois par les forces de l'ordre.
Les policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont pu procéder à l'arrestation de l'homme de 36 ans grâce à une information anonyme du public.
D'après la Sûreté du Québec (SQ), Marc-Étienne Côté se trouvait dans un appartement sur la 7e avenue dans l'arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie. Même s'il y a eu un important déploiement d'effectifs de la SPVM, le fugitif n'a pas offert de résistance lors de son arrestation, et tout s'est très bien passé.
Le dossier a été remis aux enquêteurs des crimes contre la personne de la SQ, qui ont interrogé Marc-Étienne Côté à Montréal dans la journée de dimanche. Au moment d'écrire ces lignes, on ignorait encore à quel moment il serait transféré à Saguenay pour sa comparution. Il pourrait faire face à des accusations de meurtre au second degré.
Il était recherché relativement au meurtre d'Israël Gauthier-Nepton, qui a eu lieu à Jonquière, le 19 novembre dernier, sur la rue du Vieux-Pont. La victime a été tuée par une balle dans le dos, vraisemblablement après un conflit entre les deux hommes.
C'est le propriétaire d'un logement qui avait trouvé le corps d'Israël Gauthier-Nepton, le matin du 20 novembre. Côté est en cavale depuis ce moment.
La Sécurité publique de Saguenay (SPS), le corps policier qui était intervenu en premier sur le dossier, aurait connu quelques ratés lors des événements, et une enquête sur le travail des policiers a été ouverte, pour déterminer ce qui s'était produit.
L'enquête pour le meurtre avait été transférée à la Sûreté du Québec peu après la tenue des événements.
Quelques jours après le meurtre, le groupe tactique de la SQ était intervenu dans un logement à Jonquière, après avoir reçu des informations crédibles mentionnant que Côté s'y trouvait. Toutefois, l'intervention n'avait rien donné.
En juin, en entrevue avec Le Quotidien pour faire un suivi du dossier, le porte-parole de la SQ, Jean Tremblay, mentionnait que la chasse à l'homme pour retrouver l'individu était plus difficile, puisque Côté n'avait pas de téléphone cellulaire et n'utilisait pas de carte de crédit.
Marc-Étienne Côté était considéré comme dangereux par les policiers. Il avait déjà passé cinq ans en prison pour avoir séquestré et volé un couple de Dolbeau-Mistassini, et avait connu plusieurs autres altercations avec la justice. Il faisait l'objet de deux mandats d'arrestation, dont un pour ne pas s'être présenté au tribunal en décembre. La SQ avait promis une récompense de 2000 $ pour toute information permettant de le retrouver.