Bernard « Ben » Plourde a été arrêté mercredi. Il est détenu à Québec.

L’ouverture des scellés demandée pour le Hells Angel Bernard Plourde

L’avocat du Hells Angel Bernard « Ben » Plourde, le criminaliste Julien Boulianne, a demandé l’ouverture des scellés des mandats de perquisition et d’écoute qui ont mené à l’arrestation de son client, mercredi matin dernier. Me Boulianne veut s’assurer que les mandats ont été délivrés légalement, notamment en ce qui concerne l’écoute électronique.

Bernard Plourde a été arrêté à son domicile de Laterrière, mercredi, au petit matin. Le membre en règle des Hells Angel, qui est considéré comme la tête dirigeante du principal réseau de distribution de drogue du Saguenay–Lac-Saint-Jean, est actuellement détenu à Québec et accusé de gangstérisme, de complot et de trafic de stupéfiants.

Son avocat, Me Boulianne, a demandé, vendredi, l’ouverture des scellés, qui contiennent les mandats délivrés au cours de la deuxième phase de l’opération Nocif et qui concernent son client.

L’arrestation de Plourde a notamment été rendue possible grâce à de l’écoute électronique, réalisée durant des mois.

« J’avais fait la même chose pour mes clients arrêtés lors de la première partie de l’opération [la frappe de novembre 2017]. Je veux m’assurer que tout a été fait légalement », a expliqué Me Boulianne, qui devrait recevoir les documents d’ici deux semaines.

Les mandats doivent notamment être caviardés par le gardien des scellés, puisqu’ils pourraient contenir le nom d’informateurs.


«  Je veux m’assurer que tout a été fait légalement.  »
Me Julien Boulianne

Les mandats ont été photocopiés par le gardien des scellés, vendredi, au Palais de justice de Chicoutimi.

Les photocopies ont ensuite été remises au juge Richard P. Daoust, qui les a insérées dans des enveloppes de plastique, puis scellées de nouveau.

Cette procédure s’est déroulée dans la salle d’audience. Les mandats photocopiés seront maintenant caviardés, puis remis à l’avocat de « Ben » Plourde.

Suite des procédures
Les procédures judiciaires concernant les dossiers de Bernard Plourde, ainsi que ceux de Jean-François Bergeron, de Marc Gagnon et de Simon Frenette, également arrêté mercredi, auront lieu dans la Capitale-Nationale, puisque certains crimes reprochés auraient été commis dans le district judiciaire de Québec.

Si l’ouverture des scellés a été demandée à Chicoutimi, c’est que les mandats avaient été délivrés ici.