Lock-outés coupables d'outrage

La juge Lise Bergeron de la Cour supérieure déclare neuf employés des concessionnaires automobiles et deux conseillers syndicaux coupables d'outrages au tribunal.
Dix d'entre eux ont été en surnombre devant les concessionnaires Mazda et Nissan de Chicoutimi, le 30 avril dernier. 
Le onzième, Simon Tremblay, a photographié et filmé le propriétaire Jean-Bernard Tremblay, le 8 avril, en plus de crier des slogans. Il a aussi lancé des cris, slogans et paroles disgracieuses à l'endroit du directeur des ventes Martin Larouche, le 23 avril.Tous sont convoqués le 31 janvier pour les représentations sur sentence. Ils encourrent des amendes.
Le 4 mars 2013, plus de 25 concessionnaires automobiles de la région ont mis en lock-out leurs 450 employés et obtenu des injonctions limitant à cinq le nombre de piqueteurs devant chaque garage.
Aucune rencontre de négociation n'a eu lieu depuis près de 11 mois.
Depuis le début du lock-out appliqué par les concessionnaires, 90 citations pour outrage au tribunal ont été présentées à un groupe de juges de la Cour supérieure.  Une première décision, en décembre, avait acquitté un premier groupe de lock-outés.  D'autres citations seront examinées au cours des prochaines semaines.