Guy Lapointe a un problème de dépendance aux médicaments.

Libre malgré 85 pages d’antécédents

Guy Lapointe, un homme de Chicoutimi qui possède un dossier d’antécédents judiciaires qui s’étend sur 85 pages avec une centaine de vols en 35 ans, a été remis en liberté le temps d’attendre la suite des procédures judiciaires relatives à des bris de condition, mercredi.

L’accusé était de retour en Cour pour des non-respects d’engagement. Guy Lapointe avait recouvré sa liberté le 21 mai dernier pour aller dans une thérapie au centre Corps âme et esprit. Il a cependant été expulsé de ce centre de Sherbrooke parce qu’il y était arrivé en retard.

Mercredi, lors de son enquête sur remise en liberté, Lapointe avait 14 dossiers différents inscrits sur le rôle du Palais de justice de Chicoutimi. L’homme de 55 ans, dont les problèmes criminels sont liés à la dépendance aux médicaments, voulait obtenir une chance supplémentaire.

Son avocat, Me Charles Cantin, a fait valoir que le centre de thérapie était prêt à l’accepter de nouveau, cette fois pour une période de deux mois. La Couronne s’opposait fortement à ce que l’accusé soit remis en liberté.

Le juge Richard P. Daoust, de la Cour du Québec, a cependant redonné sa liberté à l’homme, qui possède une des feuilles de route criminelles les plus imposantes au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il a commis une centaine de vols sur une période d’environ 35 ans.

C’est la quatrième fois en moins d’un an que Guy Lapointe est remis en liberté, malgré son passé de criminel. En novembre, Guy Lapointe avait été libéré à deux reprises dans un espace de 10 jours, en plus d’être remis en liberté en mai, puis finalement, mercredi.