Jean-Gabriel Séguin doit faire face à des accusations de production, de possession et de diffusion de pornographie juvénile à Roberval et ailleurs au Québec.

L’homme suspecté de crimes sexuels s’est rendu

Jean-Gabriel Séguin, un homme de 22 ans de Chicoutimi, a été formellement accusé de production, de possession et de diffusion de pornographie juvénile au Palais de justice de Roberval, mardi après-midi.


Quelques heures après que la Sûreté du Québec (SQ) ait émis un avis de recherche à son sujet, Jean-Gabriel Séguin s’est rendu à la police lundi soir. 

Cinq chefs d’accusation ont été déposés contre l’homme qui aurait produit, possédé et diffusé de la pornographie juvénile à Roberval et ailleurs au Québec entre le 31 mai 2014 et le 22 octobre 2018. 

L’enquête sur la remise en liberté de Jean-Gabriel Séguin a été remise à jeudi. D’autres accusations pourraient alors être portées contre lui, a soutenu la procureure de la Couronne, Me Marie-Michèle Boulianne-Otis, qui était toujours en attente de certains éléments de preuve. Entre temps, l’homme devra demeurer derrière les barreaux. 

L’avocat de la défense, Me Sébastien Talbot, a pour sa part souligné que son client n’avait pas d’antécédents judiciaires, quelques instants après avoir fait les premiers contacts avec Jean-Gabriel Séguin, et lui avoir expliqué comment se déroulerait la procédure au cours des prochains jours.