La police de Saguenay s’est déployée au Cégep de Jonquière un peu après 15h et a ordonné le confinement des étudiants dans les classes.

Les étudiants confinés au Cégep de Jonquière

Une opération policière majeure a eu lieu au Cégep de Jonquière, mercredi après-midi. Les membres du personnel et les étudiants ont été confinés à la suite de menaces sérieuses reçues de la part d’un étudiant potentiellement armé, lequel a été interrogé, puis libéré sous promesse de comparaître. Après enquête, l’individu avait une arme à air comprimé dans sa voiture.

« On a demandé à l’ensemble de l’exécutif de la police de Saguenay de surveiller chacune des portes et chacun des bâtiments du Cégep de Jonquière. Nous avons rapidement contacté la direction pour enclencher la procédure, a affirmé Bruno Cormier, porte-parole du Service de police de Saguenay (SPS). Le bureau des enquêtes criminelles et les renseignements criminels ont travaillé à localiser la source de la menace. L’étudiant qui a émis les propos menaçants a été amené au quartier général. »

Joint en fin de soirée, M. Cormier a informé Le Quotidien qu’une « arme à air comprimé avait été trouvée dans le véhicule de l’individu ».

Les forces policières ont agi rapidement et ont pris la menace au sérieux. « Nous avons agi pour prévenir le danger. Les établissements scolaires sont préparés à ce genre de situation. »

« On a une procédure pour ce genre de menaces et les étudiants ont bien respecté la directive », a pour sa part validé une professeure qui se trouvait au pavillon Lionel-Gaudreau lorsque la procédure de confinement a été déclenchée.

L’étudiante Gabrielle Morissette faisait ses travaux à la cafétéria lorsque la première alarme a été déclenchée. « Au début, on l’a pas trop pris au sérieux, mais lorsque nous sommes arrivés dans les locaux où la lumière était éteinte et que les rideaux étaient baissés, on a vite compris que ce n’était pas un exercice d’urgence. On voyait beaucoup de ouï-dire sur les réseaux sociaux. On a vraiment cru qu’il y avait quelqu’un d’armé dans la bâtisse. »

Selon la jeune femme, l’atmosphère s’est détendue lorsque les jeunes ont eu la confirmation que la menace venait de l’extérieur.

Les activités du Cégep de Jonquière ont été suspendues pour le restant de la journée. Avec Julien Renaud