Selon des témoins, le retour de Liz Gagné (à droite) a signifié clairement la fin pour la directrice générale Chantale Cyr.

Les élus n'ont pas vu les motifs de congédiement

Les élus de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay (CSRS) n’ont jamais vu le document mentionnant les motifs de congédiement de la directrice générale Chantale Cyr et n’ont jamais été informés de ce qui lui était reproché.

Du moins, c’est ce qui ressort du témoignage de la commissaire Sonia Desgagné, lundi, lors des procédures devant le Tribunal du travail du Québec pour les plaintes de harcèlement psychologique déposées par Chantale Cyr.

Questionnée par Me Éric Lebel, qui défend les intérêts de la plaignante, Mme Desgagné a regardé certains documents et a confirmé ne les avoir jamais vus auparavant.

Une lettre du 14 mars 2018 avise Chantale Cyr de la résiliation de son contrat et des motifs ayant mené à son congédiement.

On lui reproche d’importantes lacunes en lien avec sa capacité d’assumer la responsabilité de la gestion des activités, de ne pas avoir assuré un climat et une gestion respectueuse des personnes en place, d’avoir eu recours à de nombreux consultants externes dans des circonstances qui n’étaient pas toujours justifiées et de son manque de leadership.

Le document ajoute que la directrice générale n’a pas mobilisé le personnel en place et estime que la mise en place du Pavillon du Millénaire à la Baie a été problématique et douteuse et a manqué de planification. Il a été question d’une facture de 1287 $ pour une rencontre avec 12 membres du personnel sans que cela soit justifié, de l’achat des cartes-cadeaux et d’avoir créé un climat malsain.

« Je n’ai jamais vu ce document avant aujourd’hui. De plus, on ne nous a jamais fait part des reproches qui étaient faits à Mme Cyr. Et dans ce qui lui est reproché, je crois que ce n’est pas vrai. Ce serait plutôt le contraire. Elle n’a jamais divisé son monde. Le 12 octobre, la journée de sa fête, tous les gestionnaires se sont retrouvés au restaurant pour souligner l’événement. Mme Cyr ne les avait certainement pas divisés cette journée-là », de dire Sonia Desgagné.

« Concernant le congédiement lors de la soirée du 13 mars 2018, ce point a été ajouté à l’ordre du jour au moment de commencer la réunion des commissaires. Nous n’avions pas été avisés que c’était pour être à l’ordre du jour. Nous avions discuté du congédiement à la plénière (avant la réunion) et nous avions posé des questions sur cette décision. Comme réponse, on a eu droit à un document PowerPoint d’une page sur les motifs », a précisé celle qui a voté contre le congédiement.

Les élus ont discuté de cette résolution durant 20 minutes à la plénière et la décision du remerciement n’aura pris que quelques instants à l’assemblée ordinaire.

Sonia Desgagné estime que Chantale Cyr a tout fait pour redresser la situation à la CSRS et pour redorer l’image de l’organisation.

« Et elle était sur le point d’y parvenir. Elle avait pratiquement atteint tous ses objectifs. En plus, il n’y avait rien de négatif dans les médias. Entre juillet 2016 et mai 2017, tout a été positif dans son cas. C’est après que les choses se sont gâtées. Mme Cyr ne méritait donc pas de se faire maltraiter comme ça », a commenté Mme Desgagné.

En contre-interrogatoire, la commissaire a avoué à Liz Gagné qu’elle ne l’appuyait pas pour l’élection de mai 2017, car elle voulait laisser la place à la relève et donnait son appui à Louis Aubin.