Les contraventions en chiffres à Saguenay

Le Progrès a demandé au Service de police de Saguenay (SPS) de comptabiliser le nombre de contraventions émises pour certains types d’infractions. Les données tiennent compte des billets donnés entre le 1er janvier 2019 et le 4 décembre 2019. Voici, sous la forme de capsules, les données recueillies pour la conduite sous l’effet de la drogue et de l’alcool, le cellulaire au volant, les excès de vitesse dans les zones de construction et le non-respect des feux intermittents ou du signal d’arrêt d’un autobus scolaire.

+

EXCÈS DE VITESSE DANS LES ZONES DE CONSTRUCTION : NÉGLIGENCE

• Nombre de constats : 1140

Les policiers de Saguenay sont très présents dans les zones de travaux afin d’assurer la sécurité des travailleurs. Cette année, au Québec, quelques travailleurs ont perdu la vie sur un chantier routier (la mort d’une signaleuse s’est ajoutée cette semaine), dont un dans la région, sur le boulevard du Saguenay.

Dans une zone de travaux, le montant des amendes est doublé, et si on ne respecte pas les ordres d’un signaleur routier, le montant de l’infraction peut atteindre entre 200 $ et 400 $ et quatre points d’inaptitude.

Le sergent Dominic Simard rappelle qu’il est pourtant très facile de voir les zones de travaux parce qu’elles sont très bien indiquées. « Et en plus, les policiers ne se cachent pas », précise-t-il, faisant notamment référence aux travaux sur le pont Dubuc qui sont maintenant terminés pour l’hiver.

+

CONDUITE SOUS L'EFFET DE L'ALCOOL OU DE LA DROGUE : STABILITÉ

Nombre de constats* 

• Alcool : 247

• Drogue : 14

• Drogue et alcool : 3

• Total : 264

* Ces chiffres n’incluent pas les données issues de l’opération majeure tenue jeudi soir

Au total, le Service de police de Saguenay (SPS) a jusqu’à maintenant arrêté 264 conducteurs en lien avec la conduite sous l’effet de l’alcool, de la drogue ou des deux en même temps. Dominic Simard, sergent au SPS, précise que la moyenne pour une année tourne habituellement autour de 300 arrestations.

Il rappelle toutefois que décembre est un gros mois avec la tenue de plusieurs partys de Noël. Conséquemment, le SPS, en collaboration avec la Sûreté du Québec et les contrôleurs routiers, tiendront plusieurs barrages routiers au cours des prochaines semaines dans le cadre de l’opération nationale «Vous sortez? Nous aussi.»

+

CELLULAIRE AU VOLANT : PAS DE RALENTISSEMENT

• Nombre de constats : 369

Le sergent Dominic Simard confirme que malgré l’instauration de règles plus sévères en lien avec le cellulaire au volant, le nombre d’infractions n’a pas diminué. 

Rappelons que les automobilistes pris à avoir en main un appareil électronique portatif s’exposent à des amendes variant entre 300$ et 600$, cinq points d’inaptitude et, en cas de récidive, à la suspension du permis de conduire pour une période allant de trois à 60 jours.

+

RESPECT DES FEUX INTERMITTENTS ET DU SIGNAL D'ARRÊT D'UN AUTOBUS SCOLAIRE : SENSIBILISATION

• Nombre de constats : 11

Les conducteurs qui ne respectent pas les feux et les signaux des autobus scolaires s’exposent à une amende de 200$ plus les frais, mais surtout, à neuf points d’inaptitude. Dominic Simard rappelle que le SPS met beaucoup d’efforts pour sensibiliser les automobilistes à chaque début d’année scolaire, notamment avec l’opération Piedbus, en collaboration avec les compagnies de transport, les conducteurs et les commissions scolaires.

Habituellement, ce sont les policiers qui prennent les conducteurs sur le fait, mais si les chauffeurs d’autobus ou les citoyens sont capables d’identifier hors de tout doute le fautif, ils peuvent faire une plainte et l’automobiliste sera puni. Il n’est pas exclu que tous les autobus scolaires soient bientôt munis de radars photo, comme c’est le cas dans certaines régions dans le cadre d’un projet-pilote.