À son arrivée au palais de justice de Chicoutimi mercredi matin, Marc-Étienne Côté présentait un look bien différent de celui qu'il avait sur la seule photo de lui qui était diffusée par les médias durant sa cavale de près de neuf mois. 

L'enquête préliminaire mardi

Marc-Étienne Côté a brièvement comparu au Palais de justice de Chicoutimi mercredi avant-midi, en présence de membres de la famille d'Israël Gauthier-Nepton, qu'il est accusé d'avoir assassiné à Jonquière dans la nuit du 19 au 20 novembre 2016.
Accusé de meurtre au deuxième degré, Marc-Étienne Côté présentait un look bien différent de celui qu'il avait sur la seule photo de lui qui était diffusée par les médias durant sa cavale de près de neuf mois. Mercredi matin, il portait une large barbe fournie ainsi que des cheveux frisés épais. Il était arrivé plus tôt, en transfert, en provenance de Québec. C'est à ce moment que les médias ont pu le photographier.
Comme il a comparu devant le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, ce dernier avait seulement la juridiction pour ce qui est de l'enquête préliminaire. Les procès pour meurtre sont de juridiction exclusive de la Cour supérieure. Normalement, ces procès se font automatiquement devant jury.
L'enquête préliminaire a donc été fixée au mardi 15 août. À ce moment, la preuve pourra être divulguée et transmise à la défense. « On a fixé l'enquête préliminaire pour obtenir la divulgation de la preuve. Les enquêteurs des crimes contre la personne de la SQ vont amener la preuve lundi », a expliqué un des deux avocats de l'accusé, Me Julien Boulianne. Il est accompagné par son collègue, Me Charles Cantin. Ce dernier avait déjà comme client l'accusé dans sept autres dossiers. Il s'agit d'accusations de facultés affaiblies, de méfait, de vol et de bris de probation. Évidemment, il ne s'était pas présenté en cour pour ces dossiers au cours de sa cavale de près de neuf mois. 
D'autres accusations ne se sont pas ajoutées par rapport à ces absences ou à sa cavale, mais selon la procureure de la Couronne, Me Mélanie Paré, elles pourraient jouer un rôle lors des plaidoiries et du prononcé de la peine. « C'est un critère qui va jouer contre lui. Sur la sentence, ça peut avoir un impact », a-t-elle souligné aux journalistes après la comparution. Il a jadis purgé une peine de cinq ans de pénitencier pour avoir séquestré et volé un couple et deux dames de Dolbeau-Mistassini.
Bien que présents en cour, les membres de la famille Gauthier-Nepton ont choisi de ne pas s'adresser aux médias. Ils pourraient le faire plus tard.
Recherché
Marc-Étienne Côté a été arrêté tôt dimanche matin à Montréal. Il y a initialement été accusé lundi, mais le procès doit se tenir dans le district où le crime allégué a été commis. Il était parmi les dix criminels les plus recherchés du Québec. La victime, tuée d'une balle dans le dos, avait été retrouvée sur la rue du Vieux-Pont à Jonquière. Le crime serait survenu à la suite d'une dispute. L'intervention des policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) avait été mise en doute. Une enquête a été effectuée depuis, mais les conclusions n'ont pas été rendues publiques par la SPS.
Un des deux avocats de Marc-Étienne Côté, Me Charles Cantin
L'accusation «vivement contestée»
Un des deux avocats de Marc-Étienne Côté, Me Charles Cantin, a été catégorique. L'accusation est « vivement contestée » par son client. Me Cantin a donc confirmé que son client allait plaider non coupable. 
Son collègue, Me Julien Boulianne, a parlé de l'importance du fardeau de la preuve dans un dossier de meurtre au deuxième degré. « Ils devront démontrer l'intention spécifique de tuer. On est convaincus qu'il n'avait pas l'intention de tuer. [...] À ce stade-ci, le mandat très clair de notre client est de contester la preuve », a clairement statué Me Boulianne. Selon lui, son client « a une tout autre version des faits. »
Pour la procureure de la Couronne, Me Mélanie Paré, la preuve était assez importante pour déjà déposer une accusation de meurtre au deuxième degré le 22 novembre, soit deux jours après la découverte du corps.
En plus des membres de la famille Gauthier-Nepton, qui ont décidé de ne pas s'adresser aux médias, plusieurs curieux se sont déplacés au Palais de justice de Chicoutimi pour assister à la comparution de Marc-Étienne Côté.
Interdictions de contact
En plus du report de tous les dossiers, une ordonnance a été demandée par la Couronne. Marc-Étienne Côté ne pourra, d'aucune façon que ce soit, entrer en contact ou tenter d'entrer en contact avec cinq personnes, soit Steve Marquis, Dave Bussières, Donald Bussières, Vicky Bussières et Gino Pilote. La raison pour laquelle cette ordonnance a été demandée n'a pas été détaillée devant le juge Lortie. Dave Bussières était un ami de la victime. Il a déjà affirmé qu'il était présent le soir du drame.
Contrairement à mercredi, la présence de l'accusé ne sera pas requise mardi prochain. Il devrait être détenu à la prison de Roberval.