Jean-Claude Gaudreault a été accusé d’agressions sexuelles répétées et de voies de fait sur une personne mineure mardi, au Palais de justice de Chicoutimi. 
Jean-Claude Gaudreault a été accusé d’agressions sexuelles répétées et de voies de fait sur une personne mineure mardi, au Palais de justice de Chicoutimi. 

L’Église évangélique de Chicoutimi se dissocie des accusations contre Jean-Claude Gaudreault

À la suite des accusations d’agressions sexuelles qui ont été portées contre l’ancien pasteur Jean-Claude Gaudreault, l’Église évangélique de Chicoutimi (ÉÉC) a publié un communiqué au travers duquel elle se dissocie complètement de l’affaire en cours. Dès que le conseil de l’ÉÉC a été mis au courant des allégations, une entente aurait été prise avec le présumé agresseur afin qu’il se retire de son poste de pasteur.

« En tant que communauté, nous avons le cœur brisé. Nous sommes confus, stupéfaits et troublés. Nous avons d’abord le cœur gros pour la présumée victime. Si les accusations sont vraies, nous sommes entièrement avec la présumée victime. Nous supportons le droit des victimes d’être entendues et comprises. La Parole de Dieu ne cautionne en aucun cas de tels gestes », peut-on lire, sur la page Facebook de l’Église évangélique de Chicoutimi.

Selon les accusations dévoilées mercredi, les faits reprochés contre Jean-Claude Gaudreault n’ont pas eu lieu dans le contexte des activités de l’ÉÉC. Une collaboration entière avec l’enquêteur au dossier aurait également été mise en place dès que le conseil a appris qu’une plainte avait été déposée à la police à l’été 2019.

« Nous prions pour la présumée victime, pour sa famille et pour toutes les personnes touchées par cette histoire de près ou de loin. Nous prions aussi pour Jean-Claude, qui est innocent jusqu’à preuve du contraire. Nous avons le cœur gros pour tout le monde. »

L’accusé n’aurait exercé aucune responsabilité pastorale depuis l’entente qui a été prise avec le conseil de l’Église évangélique de Chicoutimi.