Grâce aux informations d’un citoyen, les policiers ont pu retrouver le vélo adapté de Nadia Pelletier.

Le vélo adapté de Nadia retrouvé

Le vélo adapté de Nadia Pelletier a été retrouvé grâce à la collaboration d’un individu bien connu des milieux judiciaires. L’homme, qui préfère ne pas être identifié, a mené son enquête et a été en mesure de communiquer avec son avocat pour lui indiquer l’emplacement du vélo. Il a même offert 100 $ aux voleurs pour qu’ils restituent le vélo.

Les policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) ont été en mesure de récupérer la bicyclette d’une valeur de 3000 $, cachée sous une toile, dans la côte menant à la rue Price, à Jonquière.

« Nous avons effectivement reçu un appel téléphonique nous disant où nous pouvions retrouver le vélo. Nous nous sommes rendus dans la côte de la rue Sainte-Famille (celle du Roko Bar) et il était dans le bas côté du chemin, caché sous une bâche », a mentionné Luc Tardif, porte-parole de la SPS.

« Des policiers en identification ont récupéré le vélo et tentent de trouver des indices et vérifier aussi si le vélo a été endommagé », ajoute M. Tardif.

Touché

L’individu, qui a mis les policiers sur la bonne piste et qui ne veut pas être identifié, a été très touché d’apprendre que la jeune fille handicapée s’était fait voler l’appareil qui lui permettait de s’évader et de se tenir en forme. 

Dans une lettre adressée à Nadia, dont Le Quotidien a obtenu copie, le client de Me Julien Boulianne dit avoir été touché par cette histoire.

« Du même coup, je me suis senti interpellé en tant que négociateur de la cause, étant quelqu’un qui connaît beaucoup de gens, particulièrement de la rue. Depuis deux semaines, mon but était de trouver votre vélo », écrit-il.

Il a mené son enquête et a été en mesure d’identifier ceux qui avaient commis le crime. Il a montré l’article du journal et leur a demandé de le ramener dans un lieu public. Ça n’a pas avancé.

« Ils pensaient que c’était un guet-apens. J’ai laissé passer quelques jours afin qu’ils voient que je suis neutre. Je les ai contactés et leur ai offert 100 $. Avec de l’argent, les voyous, ça comprend mieux... malheureusement », poursuit le bon Samaritain.

« Pour ceux qui se demandent pourquoi je n’ai pas avisé les policiers lorsque j’ai su qui avait le vélo, c’est pour ne pas ‘‘snitcher’’ (dénoncer) les jeunes, car je leur avais promis l’omerta sur cette histoire. Il y a aussi que j’ai des antécédents judiciaires, je ne voulais pas créer de questionnement à mon égard », note-t-il.

Il a écrit la lettre afin que Nadia Pelletier connaisse la vraie histoire du retour de son précieux engin. « Juste de savoir qu’aujourd’hui, vous allez être heureuse me rend heureux. Donnez au suivant comme on dit », conclut le jeune homme.

Au cours de la journée de mercredi, des bénévoles, à l’initiative du conseiller municipal Marc Pettersen et de Mario Gagnon (Caserne de jouets), ont récolté près de 2200 $ lors d’une collecte de fonds. 

« Nous pensons atteindre 5000 $ avec les commanditaires et nous permettre ainsi d’acheter un vélo neuf à Nadia (l’autre est de 2002). Ça pourrait être un vélo hybride mieux adapté à sa situation », note M. Gagnon.