L’enquête préliminaire de David Gilbert a été repoussée au 22 octobre.

Le rappeur Gilbert exaspéré des délais

Incarcéré depuis près de six mois au Centre de détention de Roberval, le rappeur David Gilbert a vu son enquête préliminaire être reportée au 22 octobre étant donné que le procureur de la Couronne devait s’absenter du palais de justice.

Cette décision n’a pas fait le bonheur de l’individu de 24 ans, qui en a fait part au juge Pierre Simard, de la Cour du Québec.

Gilbert est notamment accusé de trois introductions par effraction, de vol qualifié, d’une tentative d’entrave à la justice pour avoir communiqué avec des gens impliqués dans le dossier, de menaces et de bris d’engagement.

« Pour des raisons personnelles, je dois quitter le palais de justice ce matin et je ne pourrai donc tenir l’enquête préliminaire. Je pourrais remettre le tout rapidement au 22 octobre », a expliqué Me Michaël Bourget, de la Couronne.

Questionné par le juge Simard à savoir s’il pourrait transférer le dossier à un de ses collègues, Me Bourget a précisé que c’était impossible.

« J’ai une caisse complète de documents. Il est impossible de demander à un collègue de prendre la relève au pied levé. Les accusations sont tout de même importantes », a précisé le procureur de la Couronne.

David Gilbert a beau comprendre les raisons invoquées par le représentant du ministère public, il n’apprécie tout de même pas de devoir passer encore du temps en détention.

« Ça fait six mois que je suis en dedans. Je suis prêt pour mon enquête préliminaire et j’aimerais bien qu’elle se tienne », a-t-il fait savoir au magistrat.

Le juge Simard comprend l’état d’âme de l’accusé, mais il a accepté de remettre l’enquête préliminaire au 22 octobre.

« Je vais prendre la moins mauvaise des décisions. Je ne peux tout de même pas forcer la Couronne à être présente et je vais remettre le dossier au 22 octobre », a confirmé le juge Simard.

Vol qualifié
Il faut se souvenir que David Gilbert, Jean-Philippe Gagnon, Sara-Jane Landry-Maltais et Philippe Fortin-Racine ont été arrêtés en avril 2018 pour un vol qualifié au dépanneur Couche-Tard de la rue Saint-Dominique, à Jonquière, et de s’être introduits par effraction au restaurant Burger King de Chicoutimi.

Gilbert devait subir son enquête préliminaire en juin, mais son avocat de l’époque, Me Jean-Marc Fradette, avait pris la décision de ne pas tenir l’enquête préliminaire ni l’enquête de remise en liberté, car son client venait d’être accusé d’être entré en contact avec un complice, ce qui lui était interdit.

Face à cette situation, Gilbert a décidé de se séparer de Me Fradette et de faire affaire avec Me Gitane Smith, de l’Aide juridique.

Pénitencier
Si David Gilbert n’a pas une idée précise de la peine qui l’attend (il a refusé une offre de pénitencier, soit plus de deux ans), il n’en est pas à ses premiers passages en détention.

Il avait été condamné à quatre années de pénitencier en 2014 pour un crime perpétré avec une arme à feu. Il avait été remis en liberté à la fin de 2016 et avait ensuite prononcé des conférences auprès des jeunes pour leur dire qu’il s’était repenti.

Ça aura duré un peu plus de deux années.