Stéphanie Frenette est accusée de voies de fait graves sur un enfant de 22 mois dont elle avait la garde.
Stéphanie Frenette est accusée de voies de fait graves sur un enfant de 22 mois dont elle avait la garde.

Le procès de la gardienne accusée de voies de fait graves reporté

Le procès de la gardienne d’enfant accusé de voies de fait graves sur un petit garçon de 22 mois, Stéphanie Frenette, n’aura finalement pas lieu avant l’automne. Initialement fixé le 8 juin et devant durer deux semaines, le procès a été retardé en raison de la COVID-19.

Stéphanie Frenette est accusée d’avoir secoué un bébé d’un peu moins de deux ans dont elle s’occupait dans sa garderie en milieu familial de la rue Bégin, à Chicoutimi. C’était en février 2017. L’enfant a de graves séquelles. L’accusée nie en être la responsable et a plaidé non coupable à l’accusation qui pèse contre elle.

La cause, qui devait initialement être entendue devant jury, sera finalement présidée par un juge seul. Les semaines du 8 et du 15 juin avaient été notées à l’agenda et on prévoyait faire entendre des experts en neuropédiatrie, autant du côté de la défense que de la poursuite.

Mais les requêtes qui devaient être déposées et débattues en prévision du procès en avril dernier ont été reportées, en raison de la pandémie de COVID-19 et de l’arrêt de bien des activités judiciaires.

Le procès ne pourra donc avoir lieu aux dates prévues et il devrait plutôt se tenir en septembre prochain, soit trois ans et demi après les événements.