Francis Vallée est poursuivi par la Ville de Roberval pour ne pas avoir respecté la réglementation d'urbanisme.

Le procès de Francis Vallée reporté

Les procureurs de la Ville de Roberval et du chef cuisinier Francis Vallée tentent d'en arriver à une entente dans le litige qui les oppose.
Dans cette affaire, Vallée et son partenaire financier, Guy Massé, sont accusés d'avoir enfreint la réglementation d'urbanisme. Les deux hommes font face à quatre accusations pour lesquelles Roberval leur réclame des amendes totalisant 4400$, plus les frais.
Leur procès qui était prévu à la Cour municipale de Roberval, hier, a été reporté à une date ultérieure. Les avocats ont fixé un délai d'un mois pour régler cette affaire une fois pour toutes.
«Les discussions étaient entamées pour en arriver à une entente, mais nous n'avons pas été en mesure de finaliser le tout pour aujourd'hui (hier). Le dossier a été reporté au 12 mars. D'ici cette date, nous ferons parvenir des documents à la partie adverse dans l'espoir de finaliser le tout», souligne Me Francis Boucher, représentant des accusés.
Francis Vallée et Guy Massé auraient enfreint les règlements de la ville, le 13 juin dernier. Ils sont accusés d'avoir réalisé des travaux sur la terrasse et la toiture du restaurant le Tout-À-Vallée sans avoir déposé au préalable leurs plans au service d'urbanisme.
Également, lesdits travaux auraient été effectués sans l'obtention d'un permis de construction.
Vallée et Massé font face à des accusations de même nature, mais en lien avec d'autres rénovations qui auraient été réalisées dans un petit garage, à côté du restaurant. Or, le bâtiment visé est situé sur le boulevard Saint-Joseph, dans une zone classée patrimoniale.
Pour ce secteur de la ville, tout promoteur a l'obligation de soumettre ses plans au service d'urbanisme s'il veut réaliser des travaux. Ceux-ci sont ensuite autorisés par le conseil de ville. Également, il est obligatoire de se procurer un permis de construction avant de débuter les rénovations.
Vallée et Massé n'en sont pas à leurs premiers déboires avec Roberval. Le 3 juin 2013, ils ont plaidé coupables à quatre autres infractions en semblable matière, lesquelles leur ont coûté 100$ chacune plus les frais.
Ces derniers ont reconnu être contrevenu aux règlements administratifs et de zonage de la ville de Roberval pour des événements survenus le 13 juin 2012 et le 13 novembre 2012.