Le criminaliste Me Charles Cantin représente les intérêts de Daniel Bergeron.

Le présumé Devils Ghosts Daniel Bergeron en liberté

Daniel Bergeron, un membre présumé des Devils Ghosts, un groupe de motards qui serait affilié aux Hells Angels, pourra patienter chez lui en attente de procès. L’homme, qui fait face à des accusations de séquestration, d’extorsion, de voies de fait, de vol qualifié, d’introduction par effraction et d’intimidation en lien avec des événements survenus sur la rue Sainte-Claire à Chicoutimi, il y a deux semaines, a convaincu le juge Pierre Simard qu’il ne représente pas un danger pour la société.

L’individu de 62 ans a été arrêté le vendredi 15 novembre, en compagnie de son fils Michaël Bergeron et de Marc-André Baillargeon. Ces deux derniers avaient été libérés la semaine dernière, mais Daniel Bergeron n’avait toujours pas subi son enquête sur remise en liberté.

On reproche à l’individu et à ses deux coaccusés de s’être présentés dans un logement, le 15 novembre, afin de récupérer une dette. Ils auraient pénétré par effraction chez la victime, un homme de 53 ans, puis l’auraient tabassé. L’homme n’a toutefois pas été blessé grièvement et il a pu fuir, mais les accusés lui auraient préalablement fait signer une lettre, d’où le chef d’extorsion.

Les trois individus auraient ensuite décidé de se payer eux-mêmes, en dérobant du matériel chez la victime. Le grabuge aurait alerté les voisins, qui ont appelé la police. Les hommes ont été arrêtés sur place.

Daniel Bergeron, qui est représenté par Me Charles Cantin, était détenu depuis ce temps et espérait reprendre sa liberté en attente de procès.

L’enquête caution était toutefois frappée d’une ordonnance de non-publication, ce qui fait en sorte qu’on ne peut divulguer ce qui a été discuté entre les deux parties. Les actes d’accusation et la décision du juge sont toutefois d’ordre public.

« Est-ce que la poursuite a démontré que vous êtes un risque pour la société ? Je réponds à cette question par la négative. Par le passé, l’accusé n’a jamais brisé ses conditions et il bénéficie de la présomption d’innocence. Je n’ai pas de preuve qu’il représente un danger pour la société », a expliqué le juge Simard, soulignant que les liens présumés de l’accusé avec les Devils Ghosts ont été amenés par la poursuite pour susciter la crainte.

Daniel Bergeron pourra donc retourner chez lui, mais il devra respecter de sévères conditions, notamment celle de ne pas se déplacer à Chicoutimi et à Chicoutimi-Nord, puisque le plaignant y réside.

L’accusé devra rester dans l’arrondissement de Jonquière et respecter un couvre-feu de 21 h à 7 h, sauf pour le travail. L’homme est camionneur et est appelé à quitter la région pour de longues routes. Il ne pourra toutefois pas quitter le pays.

L’accusé s’est également engagé à verser une somme de 30 000 $ s’il brise ses conditions.