Le jeu le fait replonger

Le Jonquiérois Denis Lavoie était parvenu à reprendre sa vie en main. Il avait terminé avec succès une thérapie fermée de six mois et il s’était trouvé un emploi. Mais son envie pour le jeu et les paris est venue à bout de lui. Il a replongé dans le crime.

L’individu de 46 ans a été arrêté dimanche après avoir été pris à commettre une introduction par effraction dans une résidence et d’y avoir commis un vol.

Lavoie, dont les intérêts étaient représentés par Me Olivier Théorêt de l’Aide juridique, a comparu lundi après-midi devant le juge Jean Hudon, de la Cour du Québec. Me Sébastien Vallée, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP,) s’est opposé à la remise en liberté de l’individu. Son enquête de remise en liberté se tiendra vendredi.

Rechute

Denis Lavoie n’avait pas l’habitude de se retrouver face à la justice. Mais sa vie a commencé à déraper il y a quelques années lorsqu’il a développé son goût pour le jeu et les paris.

Après avoir été arrêté, il a été envoyé en thérapie fermée de six mois à la maison Carignan, de Trois-Rivières, afin de venir à bout de cette dépendance.

« Il avait réussi sa thérapie. Il l’avait terminée en juin dernier. Mon client s’était même trouvé un travail », a expliqué Me Théorêt devant le tribunal.

« Mais il a connu une rechute en lien avec sa problématique du jeu. Et il aurait donc commis une introduction par effraction », ajoute-t-il.

Lundi, Lavoie a été accusé de possession d’outils de cambriolage, de sept bris d’engagement, d’introduction par effraction dans une résidence et d’avoir commis un vol.

L’enquête policière du Service de police de Saguenay (SPS) se poursuit afin de vérifier si Lavoie n’a pas été mêlé à d’autres infractions similaires sur le territoire au cours des derniers mois.

De plus, l’individu est en attente du règlement de plusieurs dossiers d’introduction par effraction dans la région de Québec. Me Théorêt doit entrer en contact avec l’avocate de Lavoie dans la capitale nationale afin d’en savoir un peu plus sur la suite des choses.