La procureure de la Couronne, Me Marianne Girard, prévoit plaider une peine de deux ans moins un jour, en raison des antécédents judiciaires de l’homme de 70 ans.
La procureure de la Couronne, Me Marianne Girard, prévoit plaider une peine de deux ans moins un jour, en raison des antécédents judiciaires de l’homme de 70 ans.

Le dossier d'un accusé de 70 ans remis pour une 5e fois

Un individu de 70 ans de L’Anse-Saint-Jean, qui devait assister à ses représentations sur sentence, mercredi matin, pour des infractions en lien avec les stupéfiants, ne s’est pas présenté devant le juge. L’individu avait quitté le Palais de justice de Chicoutimi en ambulance, la semaine dernière, puisqu’il avait été victime d’un malaise. Cette fois, son médecin a affirmé, via un billet remis en cour, que son patient n’était pas apte, puisqu’il venait de se faire opérer pour un problème de tunnels carpiens. Le dossier de l’homme, qui a plaidé coupable il y a près d’un an, a été reporté pour une cinquième fois, ce qui a eu l’effet d’exaspérer quelque peu la procureure de la Couronne et le juge.

Michel Kelley fait face à des accusations de possession de cannabis illicite dans le but d’en faire le trafic, de possession de métamphétamine et d’avoir pris possession d’un véhicule alors qu’il n’avait pas l’autorisation du propriétaire. Lors d’une perquisition réalisée chez lui, les policiers avaient également découvert une serre avec 21 contenants de marijuana en germes. Il faut dire que l’homme détient une prescription médicale pour consommer du cannabis, mais il ne peut pas en commander illégalement ni en produire.

L’individu n’en est pas à ses premières accusations en matière de stupéfiants et il traîne une importante feuille de route derrière lui. Il a notamment purgé des peines de pénitencier il y a longtemps pour un vol qualifié, de même que pour des accusations de séquestration et de complot.

Étant donné les nombreux antécédents judiciaires de Michel Kelley, la procureure de la poursuite, Me Marianne Girard, avait déjà annoncé ses couleurs en vue des observations sur la peine. Elle prévoit plaider une peine de deux ans moins un jour de détention.

Le dossier de Michel Kelley avait déjà été remis trois fois, au cours des derniers mois, notamment parce que le septuagénaire ne trouvait pas de transport pour se déplacer de L’Anse-Saint-Jean au Palais de justice de Chicoutimi.

Mercredi dernier, l’homme patientait dans les corridors du palais de justice lorsqu’il s’est mis à avoir des difficultés à respirer. Les ambulanciers ont dû intervenir et son dossier a été rayé du rôle, puisque l’individu a été transporté à l’hôpital.

Le dossier avait été remis à mercredi matin, mais l’accusé n’était toujours pas présent.

Un billet médical a été remis au juge Michel Boudreault pour expliquer cette absence. Mais la raison ne s’expliquait pas par le malaise dont a été victime Kelley la semaine dernière, mais plutôt par une opération aux poignets due à un problème aux tunnels carpiens qu’a subie l’accusé il y a deux jours. Cette nouvelle information a quelque peu exaspéré la procureure de la Couronne, Me Marianne Girard, puisque c’était la cinquième fois que les observations sur la peine étaient remises.

Le juge Michel Boudreault s’est également montré légèrement découragé et le billet médical remis au tribunal ne l’a pas satisfait.

« Ça dit simplement que monsieur n’est pas apte. Mais qu’entend-on par apte ? Si c’est seulement pour une opération aux poignets, il peut très bien comprendre ce qui se passe. Personnellement, je crois que monsieur est apte, mais je vais faire preuve d’une grande patience en cette fin d’année et reporter le dossier », a indiqué le juge Boudreault.

Michel Kelley pourra se remettre de son opération, puisque sa cause a été remise à la fin du mois de janvier prochain.