L'incident pour lequel les enquêteurs du BEI sont à Saguenay s'est produit dans cette maison de la rue D'Argenson.

Le BEI enquête sur la SPS

Les membres du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) sont à Saguenay afin d'enquêter sur une tentative de suicide survenue lors d'une intervention de la police de Saguenay. Un individu se serait asséné des coups de couteau.
Les événements se sont produits dans la soirée du mardi 18 avril. Selon le communiqué de presse émis par le BEI, les patrouilleurs de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) sont intervenus dans une résidence afin de procéder à l'arrestation d'un homme dans un contexte conjugal.
L'individu de la rue D'Argenson à Chicoutimi devait être arrêté pour bris de probation. Il aurait demandé aux agents de se rendre à sa chambre afin de se changer. Les policiers ont noté qu'il s'écoulait beaucoup de temps avant qu'il ne revienne.
« Lorsque les policiers sont descendus, ils auraient trouvé l'homme baignant dans son sang. Il aurait utilisé un couteau pour s'infliger des blessures à plusieurs endroits sur le corps. Il a été conduit au centre hospitalier, mais on ne craindrait pas pour sa vie », a mentionné le BEI. 
Les dirigeants du BEI ne feront pas d'autres commentaires pour l'instant.
Selon les informations disponibles, les policiers de Saguenay ont avisé les responsables du BEI de la situation survenue à Saguenay. Des communications ont eu lieu durant une bonne partie de la nuit jusqu'au moment où le BEI a pris la décision de se rendre sur les lieux.
seul
Le BEI a donc délégué huit enquêteurs à Saguenay afin de connaître le fin fond de l'histoire. Ceux-ci pourraient s'intéresser au fait que les deux patrouilleurs, qui sont débarqués à la résidence, n'auraient pas accompagné l'homme jusqu'à sa chambre afin de s'assurer que tout se déroulait normalement.
Des sources bien au courant du travail policier notent que les agents n'auraient jamais dû laisser l'individu seul.
« En temps normal, tu dois le suivre. Tu ne sais jamais ce qui peut se produire. Comme il semblait en état d'arrestation, ils auraient dû l'accompagner. Il reste à savoir pour quelle raison les agents lui ont fait confiance pour le laisser aller seul à sa chambre », a mentionné une source.
Sans oublier que l'homme aurait pu sortir de sa chambre avec une arme chargée dans les mains et causer des dommages importants.
Une fois que l'enquête sera terminée, les responsables du BEI remettront leur rapport au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Ce sera au procureur de la Couronne de déterminer si des accusations criminelles seront déposées contre les policiers ou s'ils seront blanchis de leur façon de faire dans cet événement.