Lors de l'intervention des policiers, il leur a demandé de le laisser mourir. Au lieu de l'arrêter, ils l'ont plutôt amené au service psychiatrique de l'hôpital de Chicoutimi.

Le Baieriverain qui a noyé ses chats écope de huit mois de prison

Le Baieriverain Anthony Morin, qui a noyé ses chats Olaf et Princesse dans les eaux de la rivière à Mars, écope de huit mois d'emprisonnement pour une panoplie d'accusations criminelles.
L'individu de 21 ans, aux prises avec une multitude de problèmes de santé mentale, s'est présenté devant le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, après avoir passé le dernier mois derrière les barreaux. Le magistrat lui a d'ailleurs retranché l'équivalent de 47 jours de détention préventive.
Les plus récents problèmes du client de Me Olivier Théorêt, de l'aide juridique, remontent au 9 septembre dernier. «Le jeune homme ne l'a pas eu facile depuis sa naissance. Au cours des trois premières années, il a été abusé physiquement par ses parents biologiques. Il a été placé en foyer d'accueil», note Me Théorêt.
«Rendu à l'âge adulte, il s'est retrouvé seul. Il n'avait que ses chats Olaf et Princesse pour lui tenir compagnie. Lorsqu'il s'est retrouvé dans un appartement de transition avec la maison La Marée, il s'est fait dire qu'il ne pouvait garder ses chats. Comme il s'agissait des êtres les plus chers pour lui, il a décidé de se suicider plutôt que de s'en débarrasser. Le 9 septembre, ce qu'il voulait, c'était de se laisser emporter dans les eaux de la rivière à Mars avec ses chats», poursuit le criminaliste.
Lors de l'intervention des policiers, il leur a demandé de le laisser mourir. Au lieu de l'arrêter, ils l'ont plutôt amené au service psychiatrique de l'hôpital de Chicoutimi. C'est là qu'il a avoué avoir noyé ses chats, avoir fait des menaces de mort et avoir menacé de s'en prendre à des biens. Tout ça en plus de nombreux bris de probation. Morin, qui soufre de paraphilie (fantaisies sexuelles différentes de la normalité), qui a un trouble de personnalité limite et une intelligence limite, était allé en thérapie à la suite de sa remise en liberté en septembre. Mais il a abandonné celle-ci le 15 décembre après avoir subi les railleries des autres patients étant donné qu'il lui arrivait de se vêtir à l'occasion comme un homme et d'autres fois comme une femme.
Avant de quitter le tribunal, Anthony Morin a manifesté l'intérêt de retourner à la ressource La Marée, à La Baie, lorsque sa peine de prison sera terminée