Rémi Rondeau a quitté le Palais de justice de Chicoutimi dans le fourgon menant les détenus à la prison de Roberva. Il y passera les 12 prochains mois.

L'alcool le mène en prison

Le Chicoutimien Rémi Rondeau a pris le chemin de la prison pour une période de 12 mois pour une cinquième conduite en état d'ébriété et une conduite pendant interdiction.
L'individu de 55 ans s'est présenté au Palais de justice de Chicoutimi avec son sac de vêtements, sachant très bien qu'il était pour se retrouver derrière les barreaux de la prison de Roberval.
Rondeau a été intercepté le 26 mai 2014 par les policiers de Saguenay. Les agents effectuaient une surveillance au trou de boue de Saint-Jean-Vianney et ont remarqué la conduite de Rondeau sur sa motocyclette. 
L'individu, qui n'avait pas le droit de conduire, a soufflé pour un taux de .116.
Mercredi matin, la juge Isabelle Boillat, de la Cour du Québec, a entériné la suggestion commune de Me Michael Bourget, de la Couronne et de Me Charles Cantin, en défense. 
Il s'agit d'une sentence de 12 mois (moins 22 journées de détention préventive).
Par contre, la juge Boillat ne retient pas la vision de la défense de retrancher les deux mois de thérapie fermée.
Me Bourget a démontré que la suggestion commune de 12 mois tenait compte de la thérapie, car la fourchette des peines pour une cinquième et sixième infraction en matière de conduite avec les facultés affaiblies et sous interdiction varie de 15 à 16 mois de détention.
La juge Boillat n'a donc pas acquiescé à la demande de la défense, estimant que la suggestion commune suggérée avait déjà tenu compte de la thérapie.
Rémi Rondeau a signifié ne plus avoir l'intention de conduire un véhicule à moteur. Le tribunal lui impose une interdiction de conduire de cinq années qui débutera à la fin de sa sentence.
Rémi Rondeau, qui affichait un sourire et une bonne humeur en attendant de recevoir sa peine, n'en est pas à son premier séjour derrière les barreaux.
L'homme de la rue Bégin à Chicoutimi a été condamné à 90 jours de détention en mars 2011 après avoir plaidé coupable à deux accusations de conduite en état d'ébriété.
Et en 2012, il a été envoyé en prison pour une période de sept mois à la suite de sa quatrième conduite en état d'ébriété et ne pouvait conduire pendant trois ans. 
Rondeau a pu prendre un dernier repas en présence des membres de sa famille. Il aurait pu se diriger vers les cellules du Palais de justice sur l'heure du midi, mais étant donné que la juge Boillat devait analyser certaines décisions avant de rendre celle-ci, elle lui a permis de rester en liberté quelques heures de plus.