La SPS utilise le pistolet Taser une première fois

Les policiers de la Sécurité publique de Saguenay ont effectué leur première intervention à l’aide d’un pistolet Taser (Taser gun) dans la nuit de vendredi à samedi.

Un agent formé a utilisé l’arme afin de maîtriser un individu armé d’un couteau qui menaçait de mettre fin à ses jours. 

Les policiers ont été appelés à se rendre sur la rue Laferté à Jonquière à 12h45, dans la nuit de vendredi à samedi. Un homme de 32 ans, en détresse psychologique, s’était barricadé dans une résidence. 

«L’individu a mentionné son désir de se faire tirer par les policiers», affirme Bruno Cormier, porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay. 

Un périmètre a été établi autour de la résidence. Des policiers formés pour utiliser le pistolet à impulsion électrique se sont rendus sur place. 

«L’homme refusait que des policiers entrent à l’intérieur de la résidence. Des discussions ont eu lieu jusqu’à 2h50. À ce moment, l’homme est sorti par la porte-patio avec un couteau à la main. Un policier muni d’un pistolet Taser se trouvait tout près», raconte Bruno Cormier. 

L’homme a été maîtrisé puis transporté au centre hospitalier de Jonquière afin d’être soigné pour des troubles mentaux. 

Rappelons que la SPS a profité de la tenue prochaine du sommet du G7, dans Charlevoix, pour acquérir des pistolets à impulsion électrique de type Taser. Il s’agit d’un prérequis pour la tenue de l’événement. Une formation a été donnée aux 32 policiers de la SPS. Tel qu’indiqué par le président de la Commission de la Sécurité publique de Saguenay, Kevin Armstrong, lors de l’assemblée publique du conseil de mars dernier, l’acquisition des pistolets à impulsion électrique a nécessité un investissement de près de 80 000$ de la Ville.