Selon la carte disponible sur le site de la SOPFEU, le Lac-Saint-Jean présente un danger «extrême» en ce moment (représenté en rouge).

La SOPFEU demande la collaboration de la population

La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) demande la collaboration de la population régionale afin d’éviter la formation de nouveaux brasiers en forêt, en raison des conditions météorologiques extrêmes des derniers jours.

Dans la région, le danger d’incendie était considéré comme « extrême » pour le Lac-Saint-Jean et « très élevé » pour le Saguenay, dimanche après-midi, sur le site de la SOPFEU.

Seize nouveaux incendies ont été répertoriés samedi dans la province, déclenchés majoritairement par la foudre, depuis quelques jours. Les pompiers forestiers et les avions-citernes doivent faire face à des conditions difficiles en raison des forts vents qui sévissent dans plusieurs régions du Québec. Dans plusieurs secteurs, les vents dépassent les 40 km/h.

La SOPFEU considère en ce sens que les « conditions météorologiques sont extrêmes » dans plusieurs régions du Québec, soit au Saguenay-Lac-Saint-Jean, dans le Nord-du-Québec, en Abitibi-Témiscamingue, en Outaouais, dans les Laurentides, en Mauricie, dans le Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, a indiqué dimanche le Service de la prévention et de l’information, par voie de communiqué.

L’organisation recommande ainsi à la population de se servir de foyers avec pare-étincelles et d’éviter d’utiliser des feux d’artifice dans les régions où « le risque d’incendie est extrême ».

Un important incendie d’environ 1000 hectares fait d’ailleurs rage dans le secteur du lac Wilson, à environ 35 kilomètres à l’est de Lebel-sur-Quévillon, dans le Nord-du-Québec. La ville n’est pas menacée, mais « la fumée qui se dégage de cet incendie pourrait se faire ressentir dans d’autres régions du Québec », prévient la SOPFEU.