La rapidité d’intervention a fait la différence

Sans en avoir la certitude, la rapidité d’exécution des pompiers de Roberval et d’acteurs de soutien a probablement sauvé la vie d’une touriste française, cette dame qui est demeurée coincée sous un autocar, mardi soir, aux coins des rues Pelletier et Gagnon.

À 20 h 34 mardi, les pompiers du Service de sécurité incendie de Roberval reçoivent un appel comme quoi une personne est emprisonnée sous un autobus voyageur. Arrivés sur place, le directeur, Rémi Parent, et son équipe constatent rapidement qu’une dame est effectivement en fâcheuse position. 

C’est à ce moment que la prise de décisions s’enchaîne.

« Notre chef aux opérations a une compagnie d’excavation et, dès l’appel, il a demandé à son garçon d’aller chercher un chargeur (loader), a raconté Rémi Parent. On a rapidement stabilisé l’autobus et on a mis des blocs de soutènement. On a également tenté de soulever l’autobus à l’aide de coussins gonflables, mais après analyse, on s’est rendu compte que ce serait plus rapide et plus sécuritaire d’utiliser un chargeur. »

Les équipes sur place ont par la suite installé le camion-pompe à l’arrière de l’autocar, afin de maximiser la stabilisation du véhicule touristique. M. Parent a raconté qu’une telle manœuvre évitait pratiquement tout mouvement de recul, considérant que le camion de pompier était rempli de 800 gallons d’eau.

Au lieu de la benne, un levier a été installé sur le chargeur. Les fourchettes ont été placées sous le pare-chocs de l’autocar, et la délicate opération s’est mise en marche. Jérémie Meunier était l’opérateur du chargeur et le jeune homme a habilement accompli sa tâche.

« On a soulevé l’autobus très tranquillement et ç’a bien été, a reconnu Rémi Parent. On a pu libérer la victime assez rapidement. Je vous dirais qu’en calculant l’analyse, le temps de déploiement et la durée de l’opération, la dame était dégagée moins de 30 minutes après notre arrivée. »

« Il y a eu un beau travail d’équipe, ce qui nous a permis d’agir avec encore plus de rapidité », a confié le directeur du Service de sécurité incendie.

Rémi Parent a également souligné que les pompiers de Roberval étaient en fonction de façon volontaire. Leur rapidité de mobilisation le rendait encore plus fier, 24 heures après les événements.

« On n’avait pas le choix, c’était une question de temps, a soutenu Rémi Parent en parlant de la décision de soulever l’autocar. C’était la décision la plus rapide, efficace et sécuritaire. »

Transférée à Québec

Quant à la dame, qui a été transférée à Québec, son état était encore jugé critique, mercredi soir, selon la Sûreté du Québec. 

Les policiers poursuivent leur enquête afin de connaître les circonstances exactes de l’accident.