La prison pour un voleur de 19 ans

« Vous n’avez que 19 ans, vous devez absolument régler votre problème ».

La juge Micheline Paradis a condamné un jeune homme aux prises avec des problèmes de consommation de cannabis à 12 mois de prison, mardi après-midi. Cédric Gagné a plaidé coupable à 20 chefs d’accusation, pour une série de délits commis au cours de la dernière année. Le jeune homme a dit en cour avoir commencé à consommer du cannabis alors qu’il n’avait que 11 ans. Cédric Gagné a plaidé coupable à des chefs de vol de véhicule, de vols de carte de crédit, de bris de conditions, de voies de fait et d’avoir résisté à un agent de sécurité, entre autres accusations.

L’individu de 19 ans a reconnu avoir commis une série de vols dans des véhicules, où il a dérobé notamment des cartes de crédit, avoir volé un véhicule dont les clés étaient sur le contact, avoir commis un vol dans une épicerie, avoir bousculé l’agent de sécurité qui l’avait épinglé et de ne pas s’être identifié correctement lorsqu’il a été arrêté.

Le jeune homme avait finalement été incarcéré en octobre dernier.

Lors de son passage en cour, il avait convaincu le tribunal de l’envoyer en thérapie pour régler son problème de consommation de cannabis. Mais après deux semaines en maison de thérapie fermée, il a été pincé après avoir consommé du pot. Il a été expulsé et a dû retourner derrière les barreaux.

Mardi, il a accepté de plaider coupable à toutes les accusations qui pesaient contre lui.

L’avocate de la poursuite, Me Marie-Christine Savard, et l’avocat de la défense, Me Jean-François Têtu, ont soumis une suggestion commune de 12 mois de prison à la juge Micheline Paradis.

« Nous tenons compte du jeune âge de l’accusé, mais une peine de détention est nécessaire en raison du nombre de dossiers », a expliqué la procureure de la poursuite.

La juge Micheline Paradis est d’ailleurs revenue sur l’âge du détenu. « Je vous suggère de suivre une thérapie, et pas seulement deux semaines. À quel âge avez-vous commencé à consommer, monsieur ? », a demandé la juge.

« À 11 ans », a répondu le jeune homme.

« Et l’école ? Vous n’y allez plus ? »

« Non, j’ai arrêté à 16 ans. »

« Vous n’avez que 19 ans, vous pouvez encore revenir sur le droit chemin », a conseillé la magistrate.

Le jeune homme a plusieurs antécédents au tribunal de la Jeunesse.