La prison pour un 3e délit

Michel Gagnon, un quinquagénaire de Jonquière, devra séjourner en prison au cours des 90 prochains jours pour une troisième conduite avec les facultés affaiblies en dix ans.
Ses deux antécédents remontent au début des années 2000.
Il s'agit d'une peine minimale dans le cas d'une troisième offense, rapprochée.
Personne n'a été blessé lors de son interception, en 2012.
La sentence a été recommandée par son avocat, Me Julien Boulanne et celle du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon.
Gagon est présentement sans emploi.
Le juge Paul Guimond de la Cour du Québec lui interdit de conduire au cours des deux années qui suivront sa sortie de prison.